Dernier sondage pour la primaire PS: Hollande toujours gagnant, Aubry toujours menaçante

 

OpinionWay-Fiducial
Le Figaro
12-13 octobre 2011
échantillon total: 4912
sous-échantillon électeurs de gauche: 1990 (dont 1254 socialistes)
sous-échantillons du précédent: 610 certains d’aller voter le 16 octobre

Potentiel de participation (différence par rapport au sondage OpinionWay des 10 et 11 octobre derniers):
ensemble des électeurs de gauche: 31 (+1)
électeurs socialistes: 38 (+2)
électeurs de la « gauche radicale »: 31 (+1)
électeurs écologistes: 10 (+3)

Parmi l’ensemble des électeurs de gauche:
Hollande 53 (-1)
Aubry 47 (+1)

Parmi l’ensemble des électeurs socialistes:
Hollande 56 (-2)
Aubry 44 (+2)

Parmi les électeurs de gauche « certains » d’aller voter le 16 octobre:
Hollande 52 (=)
Aubry 48 (=)

Parmi les 599 électeurs de gauche ayant regardé le débat télévisé du 12 octobre:
Hollande 54
Aubry 46

Candidat le plus convaincant lors du débat (parmi l’ensemble des électeurs de gauche/parmi les socialistes/parmi les Verts/parmi la gauche « radicale »):
Hollande 37 / 43 / 23 / 15
Aubry 40 / 38 / 43 / 46
aucun 22 / 18 / 32 / 39
nspp 1 / 1 / 2 / 0
parmi les électeurs « certains » d’aller voter le 16 octobre:
Hollande 38
Aubry 44
aucun 18
nspp 0

Reports parmi les 501 sondés ayant voté le 9 octobre:
électeurs Montebourg: Holande 37 (-8) / Aubry 51 (+3) / nspp 12 (+5)
électeurs Royal: Hollande 31 (+8) / Aubry 65 (+1) / nspp 4 (-9)
électeurs Valls: Hollande 65 (=) / Aubry 34 (+11) / nspp 1 (-11)

Apports parmi les 102 sondés « certains » d’aller voter le 16 octobre, mais n’ayant pas voté le 9 octobre:
Hollande 49 (+10) / Aubry 51 (+7) / nspp 0 (-17)

1. Par rapport au sondage d’OpinonWay du début de la semaine, les chiffres de la participation potentielle laissent apparaître une légère augmentation de l’intérêt suscité. Ce serait logique au vu de la médiatisation, quantitativement forte voire saturante et qualitativement positive pour le PS. La progression reste limitée et concerne des sous-échantillons (à part celui des socialistes) réduits et donc peu significatifs. Toutefois, la progression paraît répartie sur l’ensemble du spectre de la gauche.

La nouvelle mobilisation se répartit de manière équilibrée entre les deux candidats, puisque, ainsi que je le disais précédemment, les apports écologistes et extrémistes pour Martine Aubry compensent les apports socialistes pour François Hollande, de manière schématique.

2. La perception du débat paraît relativement équilibrée, avec un léger avantage pour Martine Aubry. Son agressivité -réelle et quelque peu répétitive- semble payer à la marge. Elle fait clairement cette analyse puisque son comportement au lendemain du débat va crescendo dans ce sens, avec des attaques encore plus fortes et « sans retour »: expressions « de droite » de la part de François Hollande selon elle et celui-ci qualifié désormais de « candidat du système » (alors même que Martine Aubry a tenu un discours technocratique et « du système » lors du débat), dans une tentative classique de positionnement en candidat anti-establishment (déjà pratiquée par les Le Pen, par Georges Marchais en son temps, par Jacques Chirac en 1995, par François Bayrou en 2007, par Jean-Luc Mélenchon et Arnaud Montebourg désormais). Martine Aubry déroule clairement une stratégie frontale, qui n’a pas été élaborée cette semaine. Elle prend le risque de la division fratricide irréversible, mais les quelques velléités de contre-attaque de François Hollande et son positionnement au-dessus de ces attaques ne semblent pas suffisantes au vu de la perception du débat.

Néanmoins, François Hollande semble rester solide et n’a pas perdu, loin s’en faut, le débat, pendant lequel il a été plus précis et plus clair qu’à l’accoutumée, Martine Aubry étant plus technocratique et agressive. Le fait que l’appréciation du caractère convaincant des candidats recouvre en réalité les appréciations différentes portées par avance sur les candidats eux-mêmes, de la part des différents électorats de gauche montre qu’il n’a pas fondamentalement reculé.

Il reste que toute perte, même limitée, est dangereuse pour lui.

3. En effet, les scores bruts ne montrent pas une franche détérioration, puisqu’il reste au même niveau parmi les électeurs « certains » d’aller voter et qu’il a finalement une avance de 8 points parmi ceux ayant regardé le débat. Ce dernier chiffre est d’ailleurs surprenant au regard des résultats évoqués au point précédent: mais il montre peut-être que, même en le jugeant moins convaincant ou pas plus convaincant, certains électeurs lui garderont leur suffrage.

En revanche, parmi l’ensemble des électeurs de gauche ou socialistes, il est en légère baisse, même s’il se retrouve en réalité dans une situation équivalente au résultat du sondage Harris Interactive, ce qui confirmerait de nouveau une certaine sur-évaluation chez OpinionWay.

(cliquez sur le graphique pour une meilleure visibilité)

La légère contre-dynamique de mardi et mercredi ne se confirme donc pas et François Hollande reste sous la menace d’un retour de Martine Aubry.

4. Quant aux reports, ils paraissent se compenser, même si, là encore, un certain grignotage peut être noté de la part de Martine Aubry.

(cliquez sur le graphique pour une meilleure visibilité)

François Hollande semble perdre chez les électeurs Montebourg ce qu’il gagne chez les électeurs Royal. Ce pourrait être imputé à l’effet du ralliement de Ségolène Royal et à la surenchère de gauche d’Arnaud Montebourg convenant normalement mieux à la candidature Aubry. Cependant, les sous-échantillons sont ici très réduits et il est délicat de valider de telles interprétations.

Seul l’effritement de François Hollande parmi les électeurs d’Arnaud Montebourg mérite d’être noté, ainsi que le fait qu’il n’y a toutefois pas d’inversion de tendance lourde dans les reports.

Les atermoiements et la confusion de l’équipe Montebourg enlèvent encore du poids à sa décision finale. Néanmoins, qu’elle lui soit favorable ou qu’elle soit simplement neutre (ce qui reste, à mon sens, le plus probable) serait une bonne chose pour François Hollande, en interrompant de nouveau la dynamique plutôt favorable à Martine Aubry. Qu’elle soit favorable à cette dernière pourrait lui donner un dernier soutien suffisant pour arracher une victoire sur le fil.

5. En ce qui concerne les nouveaux votants potentiels (représentant seulement 102 sondés), ils se répartiraient de manière équilibrée entre les deux candidats de tête, ainsi qu’il avait déjà été constaté lors du précédent sondage.

L’échantillon est ici très réduit. Toutefois, étant donné le fait qu’une participation supplémentaire de 5% est loin d’être exclue (elle pourrait même atteindre les 8-10%), ce résultat est intéressant pour François Hollande car il neutralise ce qui reste malgré tout comme la réserve de voix principale (au sens de l’avantage marginal, supplémentaire qu’il peut conférer) pour Martine Aubry, encore davantage qu’un électorat Montebourg trop incertain.

6. La présentation médiatique des sondages d’entre-deux-tours permet à François Hollande de rester en tête, ce qui est psychologiquement décisif (un sondage montrant une égalité 50-50 ou une inversion à 49-51 serait évidemment fatal), tout en montrant un resserrement des écarts qui pourrait engendrer une mobilisation supplémentaire au moins aussi favorable en sa faveur.

Le traitement médiatique est lui-même très volatil, avec un débat télévisé globalement considéré comme un match nul, mais avec l’apparition de nouveaux articles dans Le Monde et Libération plutôt pro-Aubry sur des sujets connexes, Le Nouvel Observateur paraissant rester sur une ligne plus équilibrée, la presse de droite oscillant entre des soutiens indirects à Martine Aubry et à François Hollande, au gré des estimations changeantes du « meilleur » ennemi.

Peut-être un ou deux ultimes sondages paraîtront-ils demain. C’est à espérer, même si peu probable.

Quoi qu’il en soit, je ferai part de mon pronostic demain soir ou, au plus tard, samedi.

Je termine en signalant le blog d’un ami franco-canadien, en langue anglaise mais tout à fait abordable, qui a consacré quelques articles aux élections françaises et à la primaire du PS en particulier, recoupant très largement mes propres analyses: http://welections.wordpress.com/
C’est l’occasion de perfectionner son anglais et, surtout, d’apprendre énormément sur les pays étrangers, avec de fantastiques études de fond sur le Brésil et l’Espagne notamment, et quantité d’informations sur absolument tous les systèmes politiques et résultats électoraux de tous les pays du monde.
Il y a beaucoup à « gagner » à cliquer sur ce lien !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s