Indicateur du 26 décembre 2011: qui va chuter en janvier ?

1. Les bons sondages pour Bayrou se traduisent dans notre indicateur. Bayrou y passe pour la première fois le seuil des 10% et ce n’est probablement pas fini pour lui, qui est prêt à engranger de tous côtés.

Hollande est désormais retourné sur ses niveaux antérieurs à l' »effet primaire ». Le schéma de transfert Borloo->Hollande->Bayrou que pourrait laisser entrevoir notre graphique est évidemment trop simpliste, même si une frange centriste cherche clairement son candidat. Elle est un peu orpheline de DSK et Sarkozy ferait bien de s’en rapprocher, car il ne perdra rien sur sa droite qu’il n’a déjà perdu (en tous les cas, il perdra moins).

2. C’est bien ici que se situe le dilemme pour Hollande et la dangerosité du mois de janvier.

– Bayrou est à la hausse, même si probablement trop tôt et trop vite. Hollande doit pourtant veiller à cet électorat centriste si méfiant à l’égard de Sarkozy et qui avait trouvé en DSK la panacée. Il doit probablement renoncer à une partie du programme socialiste dès maintenant et se montrer rigoureux et sérieux, pour éviter que Bayrou (qui a déjà cette image et aura davantage le loisir de se montrer plus « social ») n’empiète trop sur sa base.

– Dans le même temps, Hollande doit mobiliser la gauche et l’anti-sarkozysme primaire. Un Mélenchon qui piétine et une Joly en mal de crédibilité et de bons scores saisiront toute occasion qu’ils auront de manger la laine gauchiste ou gauchisante sur le dos du brave Hollande. Or, Hollande ne peut commettre l’erreur de Jospin en 2002. Il est désormais contraint, alors qu’il ne réussit pas à se maintenir au-dessus de 30%, de rassurer l’électorat de gauche traditionnel.

3. Bien sûr, la perte du triple A et les problèmes internationaux, comme la hausse du chômage, pourraient bien lui apporter l’air dont il a désormais besoin et mettre la pression sur le seul Sarkozy.

En revanche, si ce dernier réussit à apparaître comme un recours face à une crise encore plus profonde, il pourrait parasiter la campagne de Hollande. Pour autant, Sarkozy ne peut souhaiter que Bayrou dépasse Hollande: il perdrait le second tour. Il faut donc casser la dynamique du socialiste, tout en le gardant comme punching ball jusqu’au soir du second tour.

Le Président sortant est toutefois loin de ces considérations. Il doit d’abord simplement assurer sa qualification au second tour qui n’est pas encore assurée… Certes, il a remobilisé la droite traditionnelle et semble avoir solidifié sa base, mais il ne regagne toujours pas le centre-droit, ni l’électorat populaire retourné au FN. Le « plafond de verre » est épais et incassable à ce jour…

(cliquez sur le graphique pour plus de visibilité)

Eva Joly pourrait bien passer sous les 4%. Villepin ne confirme pas son rebond. Mélenchon fait du sur-place.

3. Au second tour, le resserrement se poursuit très lentement. La réalité serait de toute façon tout autre. Il est clair que le rejet de Sarkozy joue ici à plein. La perspective du second tour est lointaine et les sondages sont ici davantage une mesure des souhaits que des intentions véritables de vote. Aux alentours du 1er mai, le score serait plutôt aux environs de 53-54 pour Hollande. Ce qui reste fort respectable.

(cliquez sur le graphique pour plus de visibilité)

Le mois de janvier sera captivant, car très ouvert. Qui parviendra à maîtriser le flux médiatique en sa faveur ? ou simplement à éviter les vagues négatives ?

François Hollande finit 2011 comme le favori, même si fragile, par défaut et sans enthousiasme. Nicolas Sarkozy est Nicolas Sarkozy, Président sortant en période de grave crise économique et financière: a priori, il devrait rejoindre les perdants irlandais, grec, portugais, italien, espagnol. Mais la préisdentielle française reste un exercice bien particulier et, avec l’aide d’un Bayrou désormais électron totalement libre et totalement opportuniste, il pourrait éventuellement créer une surprise, même si j’en doute très fort.

Publicités

4 réactions sur “Indicateur du 26 décembre 2011: qui va chuter en janvier ?

  1. Toujours intéressant mais quid des sondages véritables, effectués à l’étranger notamment ?

    Quid des seconds tours autres que Hollande – Sarkozy, alors qu’on parle de sortir de l’euro, de changer de république ?

    Tout ceci reste marqué du sceau de la suspiscion. Qui peut croire qu’on réduise la république à ce choix là ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s