Indicateur du 9 janvier 2012: la dynamique Hollande en danger ?

1. L »indicateur de ce jour nous montre une tendance simple: la poursuite de la progression de Bayrou, même si le rythme ralentit.

L’autre phénomène est la décrue continue de François Hollande, avec par ailleurs une légère remontée de Marion « Marine » Le Pen et de Villepin.

La tendance est similaire pour le second tour, mais au profit de Sarkozy cette fois-ci:

Hollande n’a jamais été aussi « bas » depuis le début de notre indicateur agrégé des sondages pour l’élection présidentielle. Il reste toutefois largement vainqueur.

2. Se pourrait-il qu’à force d’être le vainqueur « par défaut », de ne compter que sur la défaite de Sarkozy et non sur la victoire de son candidat, la gauche se démobilise et se lasse, au point de mettre en danger la dynamqiue acquise lors de la primaire d’octobre dernier ?

Un sondage ViaVoice pour Libération sur les souhaits de victoire est édifiant (échantillon de 2011 personnes, interrogées les 5 et 6 janvier 2012).

Non par le stupide « enseignement » que nous livre Libération, en quête de sensationnel: Le Pen n’a pas un potentiel de 30%, elle réunit simplement 8% d’électeurs « certains » et 12% d’électeurs « probables », mais les 10% de « non électeurs probables » ne peuvent y être agrégés… A ce compte-là, Corinne Lepage serait probablement la prochaine Présidente de la République…

Au contraire, elle semble avoir atteint un plafond de 20% qu’elle peine à franchir. D’une certaine manière, l’aggravation de la crise plaide pour des politiciens plus « sérieux » et dissuade de tenter cette aventure-là. Un peu de crise, c’est bon pour le FN, trop de crise, c’est décrédibilisant.

3. En revanche,ce sondage ViaVoice montre que les souhaits de victoire se dégradent clairement pour Hollande et cette décrue est souvent annonciatrice d’une baisse durable dans les intentions de vote.

Ainsi, Hollande n’est plus qu’à 41% de souhaits de victoire, contre 56% de souhaits contraires: c’est désormais nettement négatif et cela montre la défiance à l’égard du favori « par défaut ».

Sarkozy grignote légèrement mais reste certes très faible: 31% contre 67%, toujours cet anti-sarkozysme des 3/5 de la population.

Bayrou suit une évolution exactement inverse à celle de François Hollande et est désormais à 26% contre 70%.

Pour mémoire, Le Pen est à 15 contre 84 (pourquoi ne pas considérer que le « vrai » électorat FN est là, à 15-16%, Messieurs de Libération ?), Villepin à 16 contre 82, ce qui est honorable, Mélenchon à 12 contre 81, Joly à 10 contre 87, ce qui illustre son image fortement dégradée, Chevènement à 7 contre 89 et Morin à 5 contre 86 (ces deux derniers n’appellent pas de commentaire particulier…).

Autant en termes de positionnement politique et de dynamique propre dans les itnentions de vote, Bayrou est à l’heure actuelle dangereux pour Sarkozy, qui s’est aliéné les électeurs du centre-droit et qui risque de trop dépendre de Bayrou pour espérer se qualifier puis gagner,
autant en termes de souhaits de victoire, Bayrou apparaît dangereux pour Hollande à moyenne échéance, si ce dernier ne parvient pas à « accrocher » de nouveau l’opinion publique au sens large.

Voilà une évolution à surveiller dans les prochaines livraisons des instituts de sondage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s