Indicateur du 6 février 2012: consolidation de Sarkozy et Hollande dans un 1er tour polarisé, de Hollande dans un 2nd tour aseptisé

1. La « semaine Hollande » continue de faire sentir son effet, soit directement, soit indirectement, par un traitement médiatique extrêmement bienveillant à l’égard du candidat socialiste, qui est en apesanteur et lamine le reste de la gauche (même si la lente et inexorable décrue d’Eva Joly profite sûrement davantage à un Mélenchon plus en verve et bénéficiant d’une exposition médiatique meilleure, probablement en raison de la recherche de renouvellement dans le « feuilleton » écrit par les médias).

Sarkozy a cependant su remobiliser son électorat et assécher encore davantage l’espace à droite (Villepin, Morin, Boutin, mais aussi en partie Le Pen).

Entre ces deux pôles classiques de la droite et de la gauche, Bayrou peine à trouver un second souffle, ses thématiques ayant été quelque peu pillées par Hollande et Sarkozy. Quant à Marion « Marine » Le Pen, elle connaît un nouvel essoufflement, probablement lié à l’apaisement de la crise internationale et au constat par un certain nombre d’électeurs potentiels du caractère stérile de sa candidature. Il est douteux que l’incertitude sur les signatures ait un réel effet, l’énervement face au « complot du système » tendant à remobiliser autour d’elle, mais le caractère apparemment difficile de cette quête faisant peut-être déjà réfléchir certains sur l’utilité de ce vote FN.

En tous les cas, la campagne est réellement enclenchée et il sera intéressant de voir jusqu’à quand les tendances actuelles vont perdurer. La candidature Sarkozy sera la prochaine étape importante, suivie du 16 mars et du dépôt des signatures au Conseil constitutionnel.

2. Le second tour est dénué de toute surprise, Hollande renforçant encore son avance.

3. La candidature de Sarkozy officialisée peut-elle faire frémir sa courbe et inverser quelque peu les évolutions ?

Il est clair que l’enjeu de personnalité est un terrain plus favorable à Sarkozy: Hollande n’a jamais fait que rechercher le consensus, la « synthèse », parmi les courants du PS: pas vraiment un gage de capacité à décider, à trancher et à faire face aux grands problèmes de l’heure. Sa seule fonction exécutive n’a même pas 3 ans d’ancienneté (à la tête du conseil général de la Corrèze).

Toutefois, se réinventer pour Sarkozy est passablement difficile étant donné le nombre de fois où il était déjà supposé avoir « changé ». Pourtant, le bourgeois provincial Hollande, ayant réussi par la seule grâce de l’ENA et d’une carrière d’apparatchik « bien avec tout le monde » (n’oublions pas qu’il a refusé de s’identifier à un courant dans les années 1980 et 1990, sauf au courant des… « transcourants ») qui devait le mener au poste de cher suprême de la « synthèse  » permanente (d’autres diraient du couvercle sur la marmite ou du « plus petit dénominateur commun »), devrait être facile à attaquer. Mais Sarkozy canarderait d’une position peu enviable.

Si la situation internationale se dégrade de nouveau, il pourrait y avoir un petit réflexe autour de l’exécutif en place. L’Italie fait face à des échéances de dette importantes en février. Mais comme le reste de la zone euro se stabilise cahin-caha, comme l’économie américaine semble repartir et que l’économie chinoise ne semble pas tant ralentir qu’annoncé, le paysage économqiue n’est pas si noir.

Quant à la situation qui pourrait dégénérer avec l’Iran, avec une frappe israélienne avant la réélection d’Obama, un pétrole flambant de nouveau et un chaos simultané en Syrie, voire au Liban et en Palestine, cela reste moins probable qu’une continuation de l’incertitude actuelle. Et, s’il n’y a pas de dimension bassement économique (le prix à la pompe), l’électeur français est malheureusement peu sensible à la politique internationale. Il n’est que de voir l’absence absolue d’influence de la guerre en Libye sur la perception de l’exécutif.

Sur le plan intérieur, le retrait forcé de Le Pen n’avantagerait Sarkozy que visuellement et seulement au premier tour. Et la médiatisation de ralliements « prestigieux » ne pourrait avoir le même effet qu’en 2007: d’abord, il n’y a plus tellement de figures « prestigieuses »  à droite et au centre (à vrai dire…); ensuite, avec Borloo, le tour a déjà été joué, c’est trop tard. L’utilisation d’atouts est également limitée: certes, ponctuellement, Juppé et NKM peuvent apporter quelques dixièmes de points, mais c’est très limité; Fillon, Baroin ne sont plus des « jokers ». Et Merkel ou même Barnier n’auro(aie)nt aucun écho auprès de l’électeur moyen.

Il reste que la bulle Hollande se dégonflera forcément un peu, que certains médias vont peut-être commencer de chercher un peu sur le personnage, qu’ils finiront, pour certains (pas Mediapart, pas Libé, pas Le nouvel Obs, pas Le Monde, pas France Inter, pas Canal+, bien entendu), par se lasser et vouloir nous raconter quelques rebondissements même artificiels d’ici le 22 avril;
mais, en décembre, pendant son « creux » relatif, il n’est malgré tout guère descendu en-dessous de 27-28%, score que Sarkozy aimerait bien afficher depuis longtemps, trop longtemps… La candidature officialisée de Sarkozy lui rapportera au mieux 1 point et pour combien de temps ?

Une implosion de l’Algérie, Tel-Aviv rasée par une bombe nucléaire iranienne, l’Espagne et l’Italie détruisant l’euro, Hollande fauché en scooter après la proclamation des candidatures par le Conseil constitutionnel… on ne voit plus bien ce qui pourrait sauver Sarkozy…!

Mais les campagnes électorales sont là pour réserver des surprises et les quelques interrogations sur la capacité et la stature réelle de François Hollande peuvent peut-être encore nourrir un travail de sape, qu’il devient toutefois urgent de réaliser pour l’UMP, à 2 mois et demi de l’échéance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s