Les écarts et biais des sondeurs au second tour: convergence dans l’ensemble, politisation dans le détail ?

J’ai déjà étudié à deux reprises les écarts et biais des instituts de sondages mais pour le seul premier tour, avec la conclusion d’une meilleure convergence depuis le début de l’année, en particulier sur les tendances, malgré des écarts sur les niveaux relatifs des candidats (en particulier Le Pen, mais aussi Hollande).

Rien de vraiment inquiétant et, surtout, une belle justification de l’intérêt d’élaborer un indicateur agrégé des sondages pour cette élection présidentielle de 2012.

En complément, je publie aujourd’hui une mise en graphique des sondages de second tour, qui aboutit à des conclusions équivalentes: il n’y a pas de divergence fondamentale sur les tendances. En revanche, il existe bien des écarts sur les niveaux relatifs des candidats, écarts qui apparaissent partiellement similaires à l’image politisée que renvoient éventuellement, à tort ou à raison, les instituts de sondage et/ou les médias pour lesquels ils travaillent.

Si l’on s’attache au moyen terme, c’est-à-dire à la période écoulée depuis la fin de la primaire du PS, voici la situation:

La tendance baissière de Hollande après ses sommets excessifs de la primaire, jusqu’à la pause des vacances de fin d’année, se lit bien, de même que le rebond après sa véritable entrée en campagne et son effritement depuis l’entrée en campagne de Sarkozy, tout en restant à des niveaux très élevés.

En se focalisant sur la seule année 2012, le tableau est plus clair:

Les courbes de tendance paraissent désordonnées, mais le faible nombre de sondages de certains instituts peut jouer et le caractère limité de la période couverte fait émerger des variations de tendance là où il n’y a que des ajustements.

Surtout, comme attendu, OpinionWay (pour le compte des médias de droite ou des milieux économiques) et Harris (pour le compte de médias « populistes ») voient Hollande plus bas, alors que TNS-Sofres, BVA (traditionnellement favorable à la gauche) et IPSOS (qui n’est plus managé par Giacometti et est bien revenu dans le giron Lech-Teinturier et pour le compte des médias de la gauche « officielle » et installée) le voient plus haut.

LH2, toujours aussi erratique et apparemment peu fiable, confirme seulement en partie son orientation nettement à gauche. IFOP, globalement plus proche de la moyenne, semble plus pessimiste pour Hollande en début et en fin de période, rejoignant ainsi son image plus à droite. CSA a pu placer Hollande haut, ce qui est plutôt conforme à son orientation de fond favorable à la gauche, même si son histoire mouvementé en 2007 pouvait en faire un peu douter; mais CSA semble surtout avoir surévalué l’effet de l’entrée en campagne du candidat socialiste, car il a été plus proche de la moyenne en début et fin de période.

Bref, l’indicateur agrégé est décidément le meilleur moyen d’y voir un peu clair. En l’occurrence, au second tour, son maintien à un haut niveau pour Hollande, malgré quelques fluctuations, résume bien la situation qui prévaut depuis maintenant le début juillet 2011.

Comme au premier tour, suivons plutôt, cette année, IFOP et CSA, sans oublier IPSOS et TNS-Sofres pour leur relative stabilité. Et considérons chaque sondeur selon son positionnement politique supposé ou fantasmé: il correspond finalement bien au candidat le plus »favorisé » (à moins que ce ne soit ceci qui induise cela, et non l’inverse…). Je laisse Antonio tirer ses propres conclusions de graphiques qui nous apportent finalement peu d’éléments nouveaux pour prévoir le second tour ;).

Publicités

4 réactions sur “Les écarts et biais des sondeurs au second tour: convergence dans l’ensemble, politisation dans le détail ?

  1. En effet, on n’en apprend pas beaucoup plus, hélas. 😦 Il y a bien eu un tassement des chiffres en fin janvier-début février, mais depuis les écarts sont revenus en force. Et le pire, c’est que les tropismes sondagiers ne sont même pas aussi flagrants que ça ! Un coup CSA surévalue Hollande à 60%, la fois d’après il est parmi les pessimistes qui le voient à 56… Et beaucoup de sondeurs ne publient pas assez pour qu’on puisse comprendre où ils « se trouvent » : Harris, SOFRES, etc… C’est vraiment dommage mais, en effet, cela confirme la nécessité d’une moyenne pondérée.

  2. Est-ce vraiment un biais de gauche ou de droite de chaque institut, ou simplement l’écart entre deux échantillons ?
    Rappelons que la marge d’erreur est d’environ 3 points pour un échantillon de 1000 personnes ! La marge d’erreur est d’ailleurs indiquée dans les études.
    Reste peut être le cas du Front National où il semble qu’un facteur multiplicateur soit appliqué car les sondés sous-déclarent leur vote FN. Même si celui-ci peut être estimé en fonction de la déclaration de vote aux élections précédentes de l’échantillon, il doit rester une part d’interprétation.
    Toujours à propos de marge d’erreur, il pourrait être intéressant de voir, plutôt qu’une seule courbe pour chaque candidat, deux courbes : le minimum de tous les instituts (en prenant en compte la marge d’erreur de chaque sondage en négatif) et le maximum (avec la marge en positif). Peut être même deux autres courbes délimitant la zone commune à tous les instituts.

  3. Peut-on évaluer techniquement avec les indicateurs le report des voix de M. Le Pen au premier tour si elle n’a pas ses signatures ?

    • Non. Mais voyez mes articles des 5 et 9 février, avec les résultats de sondages IFOP, IPSOS et BVA sans Le Pen.
      La hiérarchie changerait peu. Mais Sarkozy se rapprocherait réellement de Hollande. Ceci étant dit, le second tour ne serait aps profondément modifié.
      Certes, il y aurait du bruit médiatique, mais l’anti-sarkozysme est tellement prégnant dans le discours médiatique ambiant que la dynamique, s’il y en avait une, serait vite dégonflée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s