Sondage quotidien IFOP et reports de voix: le rapport de force structurel n’a pas fondamentalement changé jusqu’à… hier

 1. Le sondage quotidien IFOP pour le premier tour confirme clairement les tendances que j’évoque depuis quelques temps:

Sarkozy grignote clairement sur Le Pen depuis le début du mois, après l’avoir affaiblie depuis le début février;
Mélenchon gagne sur Joly et Hollande depuis la fin février;
Bayrou a réussi à se stabiliser en reprenant un peu à Sarkozy depuis la fin février et probablement en asséchant Villepin depuis la mi-février.

Tout cela est confirmé par les reports de voix entre les deux tours:
– dans l’électorat Le Pen, la situation de Sarkozy se dégrade légèrement, mais c’est bien normal puisqu’il prend dès le premier tour des électeurs, qui se sont donc déjà reportés; et sur ceux qui restent, moins nombreux, Hollande et l’abstention, en proportion, progressent; il y a aussi une infime frange d’électorat populaire qui hésite réellement entre Le Pen et Hollande;

– dans l’électorat Mélenchon, la situation de Hollande s’améliore, car il reprend au second tour des électeurs « égarés » sur le candidat du FG au premier tour,

– dans l’électorat Joly, la situation s’améliore encore pour Hollande, le rétrécissement de la base Joly se faisant par « évasion » des électeurs plus extrêmistes de celle-ci (probablement vers Mélenchon et l’abstention), qui n’étaient pas prêts à se reporter sur Hollande,

– dans l’électorat Bayrou, la situation de Sarkozy se stabilise voire s’améliore légèrement car il retrouve au second tour certains électeurs de centre-droit qu’il a perdus depuis quelques temps et son début de campagne bonapartiste, sécuritaire et peu Européen; en tous les cas, ces électeurs, partis chez Bayrou, n’en sont pas au point de soutenir Hollande.

Je vous épargne les reports dans l’électorat Villepin (qui représente encore moins que celui de Joly, c’est dire…) et parmi les abstentionnistes et indécis de premier tour, car ces reports sont stables et seulement fournis par OpinionWay.

2. Toutefois, il semble que, depuis le début de la semaine, se met en place un autre phénomène: Hollande semble s’éroder au profit de Bayrou, sans que ces électeurs reviennent ensuite vers lui au second tour, soit qu’ils s’abstiennent, soit qu’ils optent finalement pour Sarkozy.

C’est le résultat de l’IFOP quotidien de ce soir qui marque réellement une évolution relevant de l’alerte réelle pour Hollande. Sa prestation télévisée de ce soir, avec un petit virage sur la gauche (l’ISF… quelle originalité…) probablement pour contrer Mélenchon et… Sarkozy et avec une moindre assurance en lui-même, ne peut que renforcer la situation: s’il tente de contenir la progression de Mélenchon (alors même que j’ai déjà écrit que je pensais qu’elle se stabiliserait de manière « automatique », par vote utile et peur du 21 avril 2002), il risque bien de perdre vers Bayrou ces électeurs centristes et de centre-centre-droit que DSK avait ralliés, que Borloo avait portés quelques temps, que Hollande avait acquis dans l’enthousiasme de la primaire et que Bayrou avait repris en entrant en campagne en décembre, pour les reperdre fin janvier 2012.

Oui, ces électeurs-là, à hauteur de 1 ou 2 points, sont peut-être en train de se détourner de Hollande, pour une raison qui ne serait pas encore claire: une campagne qui tourne à vide, une déception devant une prudence excessive ou, au contraire, un léger gauchissement ?

L’autre explication, à laquelle je ne crois pas pour le moment au vu des reports de voix de Le Pen (qui restent très mauvaises pour Sarkozy, si l’on considère qu’il était majoritaire chez Le Pen père en 2007, même après lui avoir « volé » 4 ou 5 points dès le premier tour…), serait que Sarkozy parviendrait finalement à incarner la « France du non ». Mais je tiens toujours sur ma ligne d’une élection qui sera gagnée « au centre » et non « au peuple ».

Le résultat de l’IFOP quotidien au second tour marque en tous les cas, pour la première fois depuis sa désignation comme candidat socialiste et même depuis la chute de DSK, un Hollande inférieur à 54, c’est-à-dire entrant dans la marge d’erreur.

Il convient cependant d’être très prudent car il ne s’agit que d’un institut, mais qui a le mérite de réaliser un quotidien, et même si CSA montre en réalité la même tendance, quoique atténuée.

Vite, IPSOS, Harris, BVA, OpinionWay, nous attendons les livraisons suivantes 🙂 !

Publicités

3 réflexions sur “Sondage quotidien IFOP et reports de voix: le rapport de force structurel n’a pas fondamentalement changé jusqu’à… hier

  1. Toujours aussi passionnant, merci pour ces analyses intelligentes, approfondies et qui sortent des clichés et des répétitions qu’on peut entendre sur l’ensemble des médias. Quel travail!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s