Dernier sondage CSA: la stabilisation survivra-t-elle à l’affaire Merah ?

 

CSA
20 Minutes, BFM TV, RMC
19-20 mars 2012
échantillon: 888 électeurs inscrits parmi un échantillon total de 1004

Sarkozy 30
Hollande 28

Le Pen 13,5
Bayrou 13
Mélenchon 13
Joly 2
Arthaud 0
Poutou 0
Dupont-Aignan 0,5
Cheminade 0

Hollande 54
Sarkozy 46

1. Ce sondage CSA semble contredire la stabilisation détectée depuis quelques jours au travers de plusieurs enquêtes. La convergence de différents instituts (IFOP, IPSOS, OpinionWay, Harris, CSA lui-même mais dans sa précédente livraison) ne serait donc plus aussi frappante.

Le rapprochement Le Pen/Bayrou/Mélenchon, que j’évoquais la semaine dernière pour dire qu’il s’agissait du seul espoir de poursuite de sa progression pour Mélenchon (par effet de « bruit » médiatique s’il parvenait à doubler Bayrou et à rejoindre Le Pen) et pour l’écarter, semble se produire.

Toutefois, j’émettrai plusieurs bémols, qui me conduisent à confirmer la stabilisation que je pense à l’oeuvre:

– ce sondage tombe certes au milieu des événements du moment, mais la campagne nous montre qu’il faut toujours attendre quelques jours d’inertie avant d’intégrer des événements dans les intentions de vote: je vois donc ce sondage comme la conséquence directe de la Bastille pour Mélenchon et le passage des médias à un autre sujet, qui va les occuper jusqu’au week-end prochain, associé au dernier débordement anti-journalistes de Mélenchon (qui avait réussi à se contenir depuis plusieurs mois), devrait mettre un terme à sa progression;

– parallèlement, Le Pen a connu 2 à 3 semaines décevantes pour elle, faites d’interventions médiatiques faibles sur le fond, d’une dilution de son message (inaudible sur l’insécurité et l’immigration, démonétisée sur l’économie, dispersée sur les questions sociales et sociétales) et d’une incapacité à « utiliser » de nouveau le sujet des parrainages, corde probablement trop usée désormais; elle devrait parvenir à se refaire partiellement, notamment avec l’affaire Merah, qui la replacera sur ses thèmes de prédilection et lui redonnera son « identité » habituelle;

– malgré la grande hypocrisie de ces derniers jours, Bayrou devrait parvenir à convaincre des électeurs centristes de tous poils (y compris donc d’anciens « lepagistes » ou « villepinistes ») qu’il est le seul « modéré » du paysage et que c’est son positionnement qui est le bon; une certaine remobilisation en quelque sorte, sans compter que pourrait être jugée paradoxalement décevante l’attitude personnelle de Hollande, non polémique, assez nette et digne, mais peut-être perçue comme trop réservée.

Pour ce qui est des deux leaders, Hollande ne bouge pas et la poursuite de la progression de Sarkozy n’est pas une surprise, mais je doute qu’il reste fort longtemps au niveau des 30%. En réalité, c’est bien la faiblesse de Le Pen qui justifie ce nouveau sommet de Sarkozy. J’avais déjà eu l’occasion de remarquer que CSA, contrairement à 2007, semblait placer le FN plutôt bas cette fois-ci, peut-être par phénomène de « (sur-)compensation »… Peut-être sommes-nous de nouveau dans cette situation.

Au final, ne sur-interprétons pas ce sondage. La situation est justement tellement stabilisée depuis si longtemps (je ne peux que vous inciter à vous replacer début janvier…) que l’on prend des mouvements de 2 points (donc dans les marges d’erreur) pour des grands séismes. Je continue d’interpréter la situation actuelle comme à peu près cristallisée.

2. L’affaire Merah peut-elle avoir une influence, maintenant qu’elle est close sur le plan policier ?

J’en doute (toujours) fort:
– sa dimension criminelle « classique », mais liée à un jeune de quartier difficile et néanmoins habitué d’une certaine aisance matérielle de trafiquant, comme on en voit beaucoup dans les reportages « chocs » des télévisions à sensations, ne peut que favoriser une légère remontée de Marion « Marine » Le Pen, tant cette affaire répond aux « canons » du discours lepéniste depuis un quart de siècle (un peu comme la crise de la dette souveraine pour Bayrou…);
– mais le Président sortant a correctement géré la crise, n’a pas dérapé (à ce jour) et il devrait donc limiter la progression lepéniste, bénéficiant aussi d’une présence médiatique forte pendant 3 jours; s’il devait y avoir une influence de moyen terme de l’affaire, c’est qu’elle aurait permis à Sarkozy d’effectuer un recentrage et surtout une représidentialisation (tout en restant sur les questions d’ordre et d’autorité, mais sans le halal) qui étaient de toute façon indispensables en fin de campagne: peut-être les circonstances lui permettent-elles d’effectuer cette nouvelle inflexion sans que cela trop apparaisse artificiel: bref, pouvoir regagner au centre-droit sans perdre les acquis récents sur la droite dure et l’extrême-droite;
cependant, cela fait plusieurs fois que l’on imagine ainsi des évolutions de fond et des potentialités fortes pour le Président sortant, sans que les résultats soient probants au-delà des quelques points pris à Le Pen « à l’arrache » et non par de subtils changements de cap…
En outre, Merah n’est pas Ben Laden et son dérapage de gros voyou lourdement armé, cherchant à donner un sens à son existence vide, caricaturalement moderne et banalement démantibulée, n’est pas la menace « existentielle » du 11 septembre 2001: non, Sarkozy ’12 ne sera pas Bush ’04…
Sarkozy ’12 ne pourra non plus bénéficier du même climat médiatique que celui du Chirac ’02, tant les médias, globalement défavorables à sa réélection, veilleront à ne pas lui servir le même avantage;
– la vague Mélenchon est passée au second plan et elle est fondée sur d’autres critères, qui ne sont pas affectés par l’affaire Merah;
– Hollande bénéficiera du fait que le buzz médiatique se soit éloigné de Mélenchon et du fait qu’il n’a pas fait d’erreur majeure sur le sujet (contrairement à des Dray, Urvoas ou, hors du PS, des Joly et Duflot, qui se permettent, en plein deuil et/ou en pleine opération policière, d’émettre des avis, des critiques des leçons, y compris sur le plan opérationnel, sans rien connaître de la configuration des lieux ou de l’évolution psychologique du bonhomme… affligeant même si hautement prévisible et prévu);
toujours positionné de manière à pouvoir prendre sans risque une direction ou une autre s’il y était finalement contraint (dénoncer les polémiques si elles viennent de droite, en se plaçant comme le seul au profil « présidentiel », ou, si les polémiques venant de gauche devaient « prendre » dans l’opinion, finalement dire qu’il est d’accord, tout en jouant au « bon élève » qui a su se contenir et respecter les familles et la police…), sa tactique « normande » est de bon aloi dans une période dans laquelle il y a surtout des coups à prendre;
– Bayrou, comme je l’ai dit plus haut, convaincra les déjà convaincus qu’il n’a pas non plus démérité;
– même Joly décevra les déjà déçus ou énervés par ses polémiques lancées dès le premier jour, mais contentera le noyau dur de son électorat par ces mêmes critiques aigres.

En fin de compte, il me semble que chacun aura soigné son « fonds de commerce » et renforcé les fidélités déjà acquises, mais n’aura probablement pas convaincu grand monde au-delà de son électorat de base.

De plus, la peur d’être accusé de « récupérer » est telle (et à juste titre, car l’effet serait désastreux si un candidat particulier était dans une récupération décalée par rapport à son positionnement traditionnel) que tous se bloquent mutuellement, peu ou prou, même si les seconds et même troisièmes couteaux se lancent des invectives. En ces périodes d’ultra-sensibilité, de modernité numérique fondée sur les réflexes et les réactions épidermiques et, en même temps, sur la conviction d’être bien informé, « plus malin que les autres » et plus « exigeant » en termes de démocratie, donner l’impression de récupérer est vécu par beaucoup d’électeurs comme une offense bien plus grande que les questions de fond en jeu. Le PP espagnol et sa mésaventure des élections de 2004 peuvent en témoigner amèrement.

Mais l’électeur-internaute ressemble quand même au consommateur-internaute: il n’aime pas Ronald McDonald et aime bien Steve Jobs, mais il achète de toute façon chez les deux… (bon, il faut vraiment que je me recentre sur le thème de ce blog, mais cette campagne de 2012 est tellement pauvre en rebondissements réels que la tentation est grande de dériver…)

La suite dans les prochains sondages ! En espérant avoir tort, afin que le suspense revienne…
Surtout que les médias américains semblent s’épuiser à dire que la primaire républicaine n’est pas jouée: la victoire de Romney dans l’Illinois paraît avoir sonné le glas définitif de Santorum et Gingrich: si on ne peut même plus s’amuser aux Etats-Unis, étant donné que le Mexique, l’Inde, l’Ukraine et la Grèce vont être hautement ennuyeux et comme on ne peut même plus compter sur une crise en Australie, en Allemagne ou au Royaume-Uni, l’année électorale va vraiment, vraiment, être triste 😦
La Roumanie, la Serbie et la Corée du Sud, cela fait peu pour divertir les fanatiques des élections…

PS: demain soir, j’actualiserai les graphiques sur les écarts entre sondeurs.

Publicités

10 réactions sur “Dernier sondage CSA: la stabilisation survivra-t-elle à l’affaire Merah ?

  1. Que tu mentionnes Dray et Urvoas sans parler de Rosso-Debord – tout de même, accuser l’opposition du drame de façon à peine voilée, c’est très triste – (j’ai fait l’inverse, mais je n’étais pas au courant) cela pourrait sembler tendancieux tout de même. 😉

    Quoiqu’il en soit, puisses-tu avoir raison, car cette affaire n’a pas à s’immiscer dans la campagne.

    Romney a en effet gagné, malheureusement, et ceux qui prétendent que Santorum a encore ses chances doivent s’exercer un peu aux maths. Pourtant, cette année n’est pas si noire que ça : outre toutes les autres élections aux USA(Sénat, Chambre, gouverneurs…), les élections grecques seront très intéressantes à mon avis (même si déprimantes politiquement parlant), et on aura de nouvelles élections locales en Allemagne qui pourraient encore mettre à mal la coalition… Et, qui sait, des élections anticipées aux Pays-Bas ? Et le Mexique pourrait être intéressant aussi, qui sait.

  2. Bonsoir,

    Depuis quelques semaines je suis avec grande attention votre blog, que j’aimerais pouvoir faire moi-même si j’en prenais le temps.

    Je pense que votre positionnement personnel au centre-droit que j’ai cru déceler, même s’il est remarquablement bien mis en sourdine pour analyser ces sondages (ce qui est assez rare pour être relevé et même félicité), vous empêche de prendre toute la mesure du phénomène qui se produit actuellement autour du Front de gauche en général, et de la candidature de Jean-Luc Mélenchon en particulier. Bien sûr, vous n’aviez pas encore le sondage BVA rendu public ce soir, et qui place pour la première fois celui-ci en « troisième homme », fait symbolique de nature à faire un bruit médiatique et à remballer l’emballement en sa faveur.

    La mort de Merah est de nature à mon avis à faire disparaître des mémoires ce « fait divers » (pas si divers que ça tout de même…) bien avant le premier tour, avec même une chance qu’on ne parle pas tant que ça de sujets puants tels l’immigration, l’islamisme, la peine de mort et tutti quanti, et qu’on se remette à parler du coeur de cette campagne : le social.

    Comme vous semblez un fin connaisseur des élections, ce que j’estime être aussi pour ma part, je tiens à vous faire un parallèle un peu audacieux, mais pas totalement dénué de fondement : à un mois des élections, et si la gauche française nous faisait une gauche canadienne 2011 ? 😉 Mais avec défaite de la droite en option si possible…

    Continuez cet excellent travail, il est un des meilleurs blogs politiques, paradoxalement car fondé uniquement sur des sondages assez volatils, que je peux fréquenter ces temps-ci.

    Zanas

    • Il est vrai que mes « références » canadiennes sont pauvres, mais le NDP a surtout profité de l’inanité du parti libéral, me semble-t-il. C’est un peu une substitution d’opposition à une autre (pour combien de temps d’ailleurs ?).
      A moins que vous ne vouliez comparer la gauche française à la capacité d’Harper à arracher la majorité absolue ?
      Bref, je suis preneur d’éclaircissements sur votre comparaison 🙂 car j’ai peur de ne pas la comprendre entièrement.
      Peut-être d’ailleurs quelque lecteur canadien de ce blog pourrait éclairer notre lanterne 😉

      • Que fait le Front de gauche sinon profiter de l’inanité du projet socialiste libéral-social ? Je faisais référence au fait que jusque là, nombre d’électeurs canadiens « de gauche », ou en tout cas plus à gauche que le parti conservateur, votaient « utile » en votant libéral, le système de scrutin étant majoritaire relatif à un seul tour (« first pas the post »). Ce stabilisateur automatique, comme vous l’appelez, faisait que le NPD était condamné à faire des scores honorables, mais jamais en position de passer largement devant le Parti libéral.

        L’élection 2011 a été celle où les gens se sont dits, à un mois du scrutin, « banco ! », se sont mis à avoir confiance en le fait que le NPD pouvait dépasser le Parti libéral, prendre sa place à gauche à un Parti libéral tout en mollesse. Les gens ont soudain eu un espoir, une vision, une confiance, et l’ont fait. Les courbes se sont inversées de manière spectaculaire en moins d’un mois, le Parti libéral a été laminé, le NPD a préempté l’espace de la gauche, même s’il est vrai qu’il n’a pas gagné la majorité absolue.

        Un tel engouement par une véritable campagne populaire, réussie, enthousiasmante, peut à mon sens produire le même effet ici, sans aucune certitude bien sûr. Les électeurs, ne sont pas cons, ils savent calculer. Hollande+Mélenchon, ça fait environ 40 % dans les études actuelles. En vases communicants, cela fait donc 20 % chacun au pire. Le Pen culmine à 16, Bayrou à 13. Donc plus rien ne doit retenir le peuple de gauche de remplacer Hollande par Mélenchon pour changer réellement les choses.

        On verra bien.

  3. Ouh là. Première fois que je tombe sur ce blog, ça n’est pas réjouissant. En tout cas c’est une belle preuve que produire des analyses politiques la tête sur le guidon des sondages n’apporte pas grand chose. Je ne dis pas que les sondages sont entièrement faux, mais on peut douter déjà de leur transparence, des jeux de pouvoir qui s’y opèrent, voire tout simplement de la qualité des sondeurs qui sont humains après tout et peuvent redresser selon leur bon loisir. Ensuite ils ne signifient pas grand chose en termes d’ « enregistrement », ils signifient beaucoup plus comme processus autoréalisateur. L’exemple de Mélenchon est frappant dans cette campagne : une fois qu’il a franchi les 10%, seuil de crédibilité parfaitement arbitraire, il accumule façon boule de neige. En revanche, il y a bien des chances que si un événement enraye la mécanique, il retombe assez vite.
    Pour le reste, je ne reviens pas en détail sur votre analyse politique plutôt affligeante et qui ne conclut à rien: « ça va servir Le Pen, mais aussi Sarkozy, mais aussi Hollande, et pour les autres, ils ont tous renforcé leurs bases, aucun ne sera affecté par les événements, à part peut-être Joly puisque bon s’il faut en choisir un sur qui taper, c’est encore la plus facile » (et je ne soutiens pas Joly). Belle façon en tout cas de se dédouaner, quoi qu’il arrive par la suite.
    Blague à part, ce qui est vraiment beaucoup plus détestable et symptomatique des « mordus de sondage » c’est votre conclusion sur le caractère ennuyeux des campagnes politiques de l’année. Voilà, vous regardez la politique comme on regarde une course hippique ou un défilé de mode, ça n’a pas de sens ni d’intérêt pour vous à part la question « Qui va gagner? ». Ca s’appelle une oeuvre de dépolitisation, et franchement autant regarder un match de foot, y a plus de paramètres à analyser et autant de statistiques.
    De toute façon, vous serez bien surpris à mon avis. Déjà je souhaite par exemple qu’un des deux gros en France ne soit pas au 2nd tour, ça m’amuserait beaucoup, du moins regardant sondeurs et experts se débattre en plateaux dans leurs ignorance crasse de la politique. Et puis, en Grèce par exemple, vous verrez qu’il se passera bien plus de choses que ce que vous semblez penser.
    Franchement, en relisant à nouveau certains de vos propos, je me dis que je préfère parfois certains puants d’extrême droite à ces antidémocrates cachés du « système médiatico-sondagier ».

    • Lisez le propos d’ouverture du blog: son but est le divertissement.
      Si vous voulez un Grand Débat Démocratique, rien ne vous empêche de passer votre chemin… Je suppose que de multiples blogs, fils de discussion et forums proposent de très riches discussions que l’horrible « système » ne contrôle pas (pas encore :P).

      J’ajoute, pour les autres lecteurs (et pour renforcer le « poujadisme » de notre ami… :P), que Nate Silver, le créateur du blog « 538 », a commencé sa « carrière » en analysant les statistiques des matches de base-ball afin de pouvoir faire des pronostics et des paris ! Il en est ensuite venu à la politique ! Quelle horreur !

      Non, cher Monsieur, ce n’est de la « dépolitisation » que si l’on est influençable, peu sûr de ses idées et de ses convictions. Et puis, en termes tactiques, connaître l’état du champ électoral peut contribuer à former son choix.
      Auparavant, le meilleur pronostiqueur du vote de quelqu’un, c’était… le vote de ses propres parents… Aujourd’hui, c’est sûrement plus brouillé, parce que beaucoup ont rejeté leurs parents ou n’ont plus de mémoire et ne reçoivent plus de transmission, de quelque ordre que ce soit (que ce soit positif ou négatif d’ailleurs). Alors, le « bricolage » individuel est monnaie courante et c’est sûr que l' »angoisse » est alors accrue s’il faut intégrer des paramètres de plusieurs ordres dans son vote… 😉
      Mais ce n’est pas le propos de ce blog.

      • Je reconnais que j’ai réagi un peu vivement et je m’en excuse. Il faut dire que le pouvoir grandissant des sondages dans cette campagne et les doutes peu relayés dans les grands médias excitent un peu le citoyen politisé que je suis. Il n’empêche que je maintiens deux de mes critiques :
        – Votre analyse ménage la chèvre et le chou. Je peux le comprendre, peut-être aussi ne voulez-vous pas laisser prise à des lecteurs qui vous accuserait de parti-pris, ce qui est plutôt honorable vu le traitement habituel des sondages sur les grands sites d’information. Néanmoins je ne peux m’empêcher de penser que c’est une preuve, ou du moins un indice qui vient étayer l’idée selon laquelle les sondages apportent très peu à l’analyse politique. Surtout tant que les instituts de sondage resteront sous l’emprise d’intérêts privés (une emprise en tout cas possible, et il ne devrait même pas y avoir de possibilité de suspicion pour des institutions qui ont pris tant d’importance).
        – Votre conclusion sur le peu d’intérêt des élections de l’année me reste un peu en travers de la gorge. Si vous pratiquiez vraiment du divertissement, assumant pleinement de lire les sondages comme des stats de baseball (ah « Moneyball »!), je pourrais à la limite saisir le propos. Mais là encore ca n’est pas très clair. Vous faites une analyse au ton bien sérieux, étayé par ces « faits » que sont les sondages puis vous finissez sur une note qui ramène au commentaire quasi sportif. Pour le reste, considérer le jeu politique comme inintéressant car sans surprise me semble une tendance néfaste des médias aujourd’hui. Que vous le fassiez sur un blog consacré exclusivement au plaisir des sondages (que je comprends peu, mais après tout ça n’est pas mon affaire), ça ne méritait pas sans doute ma réaction. Mais ça montre quand même l’avancée d’une certaine dévalorisation de la politique, liée à de nombreux facteurs, la responsabilité des acteurs politiques, la qualité des institutions, mais aussi une forme d’ « idéologie » conservatrice latente pour laquelle l’apolitisme est souvent bénéfique…
        Voilà, j’espère avoir clarifié les choses. Et je précise que les sondages m’intéressent, mais dans leurs effets politico-médiatiques plutôt qu’au « premier degré » pour ainsi dire.

  4. Le but de ce blog est d’analyser les sondages et de souligner les grandes tendances… sans rentrer dans le débat des programmes (que l’auteur me corrige si je me trompe). Il y a d’autres sites pour ça ! D’autre part son intérêt est de « dégonfler » les effets d’annonce médiatique du genre « inversion des courbes », « Mélenchon à 14 % » qui ne concernent que des enquêtes isolées… alors que la moyenne pondérée donne des tendances beaucoup plus stables. C’est d’ailleurs étonnant que les grands médias ne fassent pas ce travail car la moyenne sur x sondages donne des résultats forcément plus justes étant donné le volume des échantillons.
    Je me suis amusé à faire ce même travail sur les élections précédentes et le constat est le même : globalement il n’y a pas de surprise ni de renversement spectaculaire de tendances. Le 21 avril 2002 est l’exception qui confirme la règle… bien que la chute de Jospin pouvait être « visible » même si difficilement pronosticable. Ce que n’avaient pas « vu » les sondeurs à l’époque c’était plutôt la hausse spectaculaire de LePen que la baisse régulière et continue de Jospin.
    Je partage donc globalement les analyses de l’auteur du blog : le premier tour devrait être serré entre les 2 favoris autour des 28 %. Dans une dizaine de jours quand l’effet « massacres de Toulouse » sera retombée, on pourra en mesurer les impacts durables et avoir un rapport de force proche du résultat final (on sera alors à 2 semaines du scrutin).

  5. Si on en croit le nouveau BVA, il semblerait que la campagne est bien entré dans une phase plus mouvante… Est-ce simplement un « outlier » ou le signe d’une tendance forte ? J’attends avec de plus en plus d’inquiétude de nouvelles analyses…

  6. le climat pour chirac « super menteur » en 2002 était délétère. Les médias de « référence » ne cessaient de revenir avec les emplois fictifs, magouilles et ainsi de suite et faisaient clairement campagne contre chirac et pour Jospin et son « bon bilan ».

    Sinon l’ifop quotidien montre sarkozy creusant l’écart sur hollande au premier et réduisant un peu au second. Le Pen en baisse et mélanchon en hausse.

    Beaucoup de choses peuvent encore se passer d’ici le le prmeier tour… et le second !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s