Indicateur agrégé du 20 avril 2012 et écarts entre sondeurs: les données graphiques et les pronostics pour le 1er tour de l’élection présidentielle

Demain, enfin, c’est le grand jour, le premier tour de l’élection présidentielle 2012.

Les deux prochaines semaines verront mes calculs allégés, mais j’ajouterai aux outils habituels des cartes électorales, notamment avec les zones de force de chaque candidat (répartition de leurs résultats départementaux en 5 ou 6 blocs égaux ou en tout cas cohérents), afin de nous permettre de mieux anticiper le second tour.
J’actualiserai bien entendu dès lundi l’indicateur agrégé pour le second tour.
J’actualiserai également les graphiques de reports de voix.

L’entre-deux tours est traditionnellement intense, avec les ralliements et consignes de vote (ceux de Mélenchon et Bayrou seront les plus médiatisés, mais des « trahisons » vers Hollande pourraient aussi avoir quelque retentissement), avec le débat en milieu ou fin de deuxième semaine (il est peu probable que Sarkozy en obtienne un second), mais aussi, parfois, un week-end médian agité (en 2007, le débat-rencontre hôtelier Royal-Bayrou avait assuré un spectacle, même si bien piètre), voire des événements extérieurs majeurs (en 1988, prise d’otages et assaut de la grotte d’Ouvéa, et libération d’otages au Liban; mais sans conséquence particulière… et vous savez combien cette élection de 2012 ressemble, pour moi, à 1988, même si les résultats seront, de fait, partiellement comparables à 1981).

1. En attendant, comme promis, voici le graphique de l’indicateur agrégé pour le premier tour: historique, car c’est le tout dernier (pour le second tour, j’attendrai lundi finalement, car autant ne pas embrouiller nos cerveaux encore jeunes et limités :P):

Le plus « beau », c’est le fait que Dupont-Aignan, Poutou et Arthaud apparaissent nettement désormais, ce qui nous change de la macédoine serrée qui caractérisait jusqu’ici les candidats « unitaires » (au sens de l’unité numérique).
Le pire, c’est d’avoir travaillé presque un an sur ces données, tout ça pour finir à moins de 30%…😛

Pour le reste, le graphique parle de lui-même: que de déchets au centre-droit au sens large (Borloo-Villepin) pour Sarkozy !

2. A titre d’exhaustivité, voici le graphique du premier tour pour l’IFOP quotidien:

Au vu de ces deux graphiques, on peut quand même se demander quelle a été la proportion d’électeurs de Bayrou à rejoindre Mélenchon fin mars et en avril. Peut-être s’est-il agi seulement de doubles vases comunicants avec Hollande, d’une part, et avec l’abstention, d’autre part, mais l’effet « bobo anti-système » (Bayrou 2007, Mélenchon 2012) reste un point d’interrogation. Peut-être les résultats des grandes villes et notamment des centre-villes nous renseigneront-ils sur ce point.

3. Ensuite, voici les résultats par sondeurs qui, représentés graphiquement, heurtent moins que sous forme de tableaux de données brutes… Car les tendances apparaissent plus convergentes. Mais, évidemment, l’ordre d’arrivée et le niveau brut de chacun sera aussi décisif dans le commentaire médiatique ambiant qui prévaudra à partir de demain 20h.

Pour Hollande, la tendance à une remontée est confirmée, mais les écarts entre sondeurs se sont de nouveau élargis:

IFOP, Harris et OpinionWay restent « contra-Hollande », tandis que BVA, LH2 et IPSOS restent globalement « pro-Hollande ». CSA est erratique et TNS-Sofres semble avoir modifié son tropisme sur le long terme. Au final, la moyenne du trio IPSOS-IFOP-TNS-Sofres pointe dans la même direction que l’indicateur agrégé.

Pour Sarkozy, le retournement à la baisse est clair, mais avec des écarts de nouveau importants.

Sur le moyen terme, les tropismes des sondeurs apparaissent plus fluctuants, ce qui rend probablement notre indicateur plutôt utile en l’occurrence. Le trio plus « sérieux » semble se diriger vers 26,5, un peu en-deça de l’indicateur.

Pour Le Pen, la tendance est à une légère remontée:

Elle reste basse chez BVA et LH2 et haute chez IFOP et Harris, mais le consensus semble réellement fort vers les 16% (légèrement au-dessus pour le trio « sérieux ») et les écarts sont étonnamment faibles pour la candidate du FN. Les instituts ont-ils enfin trouvé une candidate d’extrême-droite « classique » et facile à estimer ? Les pourcentages de certitude de vote sont très forts désormais dans son électorat, selon plusieurs instituts.

Pour Mélenchon, le retournement à la baisse est confirmé, tout en restant à des niveaux substantiels au regard de l’évolution depuis janvier:

Méfions-nous de l’échelle: les écarts existent bien entre les « pro-Mélenchon » (CSA, LH2, et dans une moindre mesure, TNS-Sofres, IPSOS) et les « contra-Mélenchon » (OpinionWay, Harris, IFOP), mais il y a quand même une convergence de tendance, vers les 13,5, légèrement en-deça de notre indicateur.

Pour Bayrou, le léger rebond est rendu plus flou par un nouvel élargissement des écarts entre sondeurs:

De surcroît, les tropismes ont évolué dans le temps, même si Bayrou reste structurellement bas chez TNS-Sofres et IPSOS et structurellement plus haut chez BVA et OpinionWay, mais aussi Harris. IFOP, LH2 et, comme d’habitude, CSA, sont plus changeants (dans le cas de CSA, c’est bien entendu pire, puisque le changement est à chaque vague…). Tout cela semble assurer à Bayrou de rester au-dessus de 10, mais n’oublions pas que son électorat reste le plus incertain de son vote, de manière systématique et assez nette.

4. Venons-en donc au pronostic.

D’abord, en se contentant de prolonger l’indicateur agrégé, nous obtenons le pronostic simple suivant:
Hollande 28
Sarkozy 26,5
Le Pen 16
Mélenchon 13,5
Bayrou 10,5
Joly 2,5
Dupont-Aignan 1,5
Poutou 1
Arthaud 0,5
Cheminade 0

Je préfère toutefois corriger ces chiffres pour fournir un autre pronostic, plus personnel (étant entendu que mon passé en termes de pronostics électoraux est mauvais, voire très mauvais😛 Mais c’était sans indicateur agrégé !).

A l’indicateur, j’applique des correctifs tentant d’anticiper successivement:
– la dynamique ou tendance (fruit de la statistique sondagière et de l’ambiance médiatique),
– la mobilisation (fruit du travail de terrain et de la motivation des électeurs potentiels),
– l’abstention (fruit de la sociologie de l’électorat potentiel),
– le vote utile (fruit du positionnement anticipé de chaque candidat, du passé électoral et des effets des résultats anticipés, favorables ou non).
Pour les plus petits candidats, il faut compter une sorte de « prime dispersion« , souvent vérifiée.
Enfin, les biais des sondeurs semblent s’être équilibrés dans l’indicateur agrégé (c’était le but!) et je n’en tiens donc pas spécialement compte.
De même que le résultat du trio IPSOS/IFOP/TNS-Sofres traditionnellement le plus fiable, même si cette élection pourrait rebattre les cartes.

Ainsi, je vous propose les scores suivants:
Hollande +0,5 / -1 / -1 / +0,5 soit 26,7
Sarkozy -1 / 0 / +1 / +0,5 soit 27,6
Le Pen +0,5 / -0,5 / 0 / -1 soit 14,8
Mélenchon +0,5 / +1 / -1 / -0,5 soit 13,8
Bayrou -0,5 / 0 / +0,5 / -0,5 soit 9,6
Joly 0 / 0 / 0 / -0,5 soit 1,9
Dupont-Aignan +0,5 / 0 / +0,5 / 0 soit 2,5
Poutou +0,5 / +0,5 / 0 / 0 soit 2,1
Arthaud 0/ 0 / 0 / 0 soit 0,8
Cheminade 0 / 0 / 0 / 0 soit 0,2

Cette précision sera bien entendu ridiculisée par les résultats finaux, mais il faut bien essayer de se fixer sur des niveaux particuliers…

Maintenant, les commentaires et pronostics sont libres😉

5. A titre de post-scriptum, je cite le blog « my science work », qui fait l’honneur à ce modeste blog artisanal de le citer dans un article général sur les sondages:
http://blog.mysciencework.com/2012/04/20/il-faut-savoir-des-methodes-de-sondage.html

26 réflexions sur “Indicateur agrégé du 20 avril 2012 et écarts entre sondeurs: les données graphiques et les pronostics pour le 1er tour de l’élection présidentielle

  1. C’est drôle de te voir aussi optimiste tout d’un coup !😉 Je donnerai mon prononstic ce soir ou demain matin, mais je pense que l’ordre d’arrivée sera celui prédit par les derniers sondages.

    • Oh, ce n’est quand même pas très optimiste… Je suis finalement conservateur: je suis influencé par les quelques mouvements constatés en 2007. Plus profondément, les plus âgés votent Sarkozy en masse, donc, normalement, il devrait avoir un petit bonus…

      • Les mouvements ne sont pas les mêmes d’une élection à l’autre. En 2007 les sondages n’avaient pas vu le transfert de voix de Le Pen vers Sarkozy. Il n’est vraiment pas sûr qu’on retrouve le même schéma. Normalement le « petit bonus est intégré au sondages via les redressements.

      • Oui, en lorsque tous les sondages donnent Hollande devant, ou, pour les plus sarkozistes, à égalité, et en plus avec une nette tendance à la baisse pour Sarko, je vois mal un petit bonus démographique changer la donne.

        N’empêche, j’ai horreur d’être dans la situation d’avoir à espérer que tu te trompes… ça porte malheur !😛

  2. A titre personnel et pour ce que je perçois en tant que militante de l’UMP, je pense que vous avez sous estimé légèrement le vote FN qui pour moi va être très important, et sur estimé quelqu’un comme Dupont Aignan. Et pour répondre à Antonio, une récente étude a démontré que les jeunes votaient plus à droite que leurs parents…ce ne sont pas que des « vieux » qui vont voter Sarkozy. Je connais bien l’équation (cela dit en toute amitié et sans aucune agressivité aucune). Allez plus que 25 heures à attendre au plus…enfin à priori!

    • Je pense plutôt qu’il y a un courant de « malgré tout » et de « moindre mal » qui devrait un peu porter Sarkozy: les annonces sont trop écrasantes pour Hollande et Mélenchon, il devrait y avoir du vote utile pour lui.
      Quant à Le Pen, je reste sur ma thèse qu’elle a la même fonction exutoire que son père mais, elle, dans les sondages, pas dans les urnes.
      Nous verrons bien…
      Je n’ai pas caché mon mauvais bilan personnel en termes de pronostics !
      Mais bon, ce qui m’intéresse, ce sont les cartes derrière, miam ! Cela me consolera de la défaite, un tout petit peu…

      • Bonsoir cath et horos ( félicitation pour les 100000🙂
        En écoutant les gens dans la rue, à l’épicerie etc, j’ai plutôt l’impression que le vote MLP est bien ancré et … décomplexé .
        les gens que je rencontre n’hésitent pas à dire haut et fort qu’ils voteront Le Pen. Je suis donc du même avis que Cath MLP est sous-estimée dans les sondages ( un sondage en ligne, qui a disparu depuis, de la depeche du midi, donc sur un secteur historiquement de gauche donnait : hollande : 29, MLP : 21, Mélenchon et Sarkozy a égalité à 17 !! ) Je n’ose imaginer le score qu’elle va faire dans les secteur historiquement de droite !
        Il y aura peut être une surprise en fait … elle risque d’être mauvaise pour beaucoup de monde😦
        Réponse dans 20 heures
        Bon vote en attendant🙂

      • D’où on peut en déduire que le vote Le Pen est maintenant plus facile à redresser et doit être nettement moins sous déclaré. Donc les valeurs donnant Le Pen devraient être moins biaisées.

    • Etude qui montre que les jeunes votent plus à droite que leurs ainés ? tiens, tiens… tu as vu cela où ? dans un paquet bonux ? Il n’en est (heureusement !) rien.. ; je te rappelle que S. Royal aurait été élue présidente si les personnes âgées de plus de 65 ans n’avaient pas participé au vote !

    • Et au fait, quand est-ce que j’ai parlé des vieux moi ? Non pas que je partage votre avis (je crois que la plupart des sondages montrent que les personnes âgées ont été et sont parmi les plus solides partisans de Sarkozy) mais je ne me souviens pas d’avoir jamais parlé de ça.

  3. Nous venons de franchir les 100 000 visites sur ce blog.
    Certes, il y a des robots (je n’explique pas autrement les visites assez nombreuses depuis la Bolivie ou Hong-Kong, encore que des expatriés peuvent très bien trouver dans ce blog un lien de plus avec la métropole).
    Mais, globalement, cela a d’abord été le fruit de recherches sur Google (et ce blog est fortement remonté dans les pages de résultats) et maintenant (depuis un bon mois) d’habitués manifestes qui viennent ici régulièrement et directement (même si les abonnés par mail ne sont que 80).
    A 3 000 visiteurs par jour depuis une semaine, on n’arrivera pas à franchir les 200 000 au second tour, mais qui sait, l’entre-deux-tours va peut-être ramener encore plus de monde…
    C’était les nouvelles du blog.

  4. Bon eh bien, nous y voilà ! Je ferai deux pronostics, l’un réaliste, anutopiste, en un mot chiant mais qui me permettra de relativiser le résultat, et l’un optimiste, enthousiaste mais pas rêveur, je crois autant à la possibilité des deux.

    Pessimiste :
    – Sarkozy 27,7
    – Hollande 26,5
    – Le Pen 17
    – Mélenchon 13,3
    – Bayrou 10
    – Joly 2,2
    – Dupont-Aignan 1,6
    – Poutou 1,4
    – Arthaud 0,8
    – Cheminade 0,3

    (oui je sais, ça fait un peu plus que 100, mais bon c’est aussi les écarts entre les uns et les autres qui sont importants !)

    Optimiste :
    – Hollande 30
    – Sarkozy 25,5
    – Mélenchon 15
    – Le Pen 14
    – Bayrou 8,3
    – Joly 3
    – Poutou 2
    – Arthaud 1
    – Dupont-Aignan 1
    – Cheminade 0,2

    (cette fois, ça fait 100 tout pile, et j’y crois tout autant, tout dépend des dynamiques à l’oeuvre ce weekend en fonction des derniers sondages publiés ces derniers jours et en fonction de ce qui se passe dans la tête des gens…)

    Demain nous vérifierons tout ça, pour ma part depuis Montréal où je pars en vacances pile entre les deux tours ! Mais j’ai fait une procuration, promis !😉

  5. Je viens de lire un article du nouvelobs qui analyse les différences entre les sondages et les résultats sur les dernières élections: http://tempsreel.nouvelobs.com/sondage-presidentielle-2012/20120420.OBS6757/ultimes-sondages-nouvelles-questions.html
    Je partage l’avis de l’auteur, les différences constatées à chaque élection(surtout au premier tour) entre les enquêtes d’opinion et les résultats des urnes ne sont pas seulement dues auxchangements de dernière minute mais pour une bonne part aux techniques de redressements qui ne sont(et qui ne peuvent) pas particulièrement satisfaisantes. Je suis d’accord avec lui lorsqu’il explique que les différences risquent d’être encore plus fortes cette fois-ci, car les mouvements de l’opinion sont importants et sans doute sous-estimés.
    Il n’y a sans doute pas de quoi changer le nom des deux finalistes(il faudrait que les erreurs commises correspondent à un écart de quasiment 10 points entre deux candidats, cela semble impossible) mais de donner des rapports de force imprévus.

  6. D’abord, bravo pour les 100.000 visiteurs ! C’est mérité.
    Mon pronostic :
    Je suis de formation scientifique, je crois aux chiffres et aux statistiques, donc je suis l’indicateur agrégé :
    1. Hollande et Sarkozy à égalité (plus ou moins 1/2 point ne font pas grande différence). Maintenant, si on me force à choisir, je mets Sarkozy devant. Ou peut-être Hollande. Quoique finalement, plutôt Sarkozy. Heu, non, Hollande.
    3. Le Pen
    4. Mélenchon
    5. Bayrou à 12.

  7. Un gros magnum de champ qu’Hollande sera devant et assez nettement. Les Français veulent vraiment quelqu’un d’autre et cet autre, cette fois, c’est lui. Le reste, n’est qu’élucubration !

  8. Le dimanche en métwopole, c’est le jouw de l’élection!
    On verra bien ce soir, et ensuite on pourra se moquer de nos pronostics😉

  9. Prono 1er tour:

    – Sarkozy 28
    – Hollande 27
    – Le Pen 14
    – Mélenchon 12
    – Bayrou 11
    – Joly 3
    – Dupont-Aignan 2
    – Poutou 1,5
    – Arthaud 1
    – Cheminade 0,5

    Prono 2nd tour:

    – Hollande 52
    – Sarkozy 48

  10. Voilà mon pronostic (les décimales n’ont bien sûr aucune valeur rationnelle, mais elles sont toujours intéressantes).

    Hollande : 27.1%
    Sarkozy : 26.4%
    Le Pen : 15.3%
    Mélenchon : 13.2%
    Bayrou : 9.8%
    Joly : 2.9%
    Dupont-Aignan : 2.4%
    Poutou : 2.1%
    Arthaud : 0.6%
    Cheminade : 0.2%

    Qui sait ? Avec un peut de chance je peux battre Fabien.😉

    • Nous ne sommes pas si éloignés. Sauf, évidemment…

      La participation à midi est une mauvaise nouvelle pour la droite. 71,7% d’abstention, c’est 3 points de plus qu’en 2007, certes, mais c’est 7 points de mieux qu’en 2002, presque 6 de mieux qu’en 1995, 2,5 de mieux qu’en 1981 et un peu plus d’1 point de mieux qu’en 1988…

  11. A 17h, participation de 70,6%, toujours 3 points en dessous de 2007, mais 12 points au-dessus de 2002, 6,5 points au-dessus de 1995, 1,5 point au-dessus de 1988, 4,5 points au-dessus de 1981.
    Mauvais pour Sarkozy et toujours cette similitude avec 1988…

  12. Voici mes estimations des biais entre votes et résultats des 5 grands candidats selon 5 critères :

    Abstention :
    Si elle est forte, alors c’est que les jeunes et les ouvriers se sont beaucoup abstenus, ce qui va favoriser dans l’ordre :
    Sarkozy – Bayrou – Hollande – Mélenchon – Le Pen
    Si la participation est bonne, l’ordre des favorisés sera inverse

    Mobilisation :
    Elle devrait favoriser les candidats qui ont motivé leur troupe et qui ont un électorat qui a très envie d’aller voter : la motivation est difficile à évaluer, mais elle bénéficie traditionnellement au camp qui est donné favori. Lors des dernières élections, la droite a pris des raclées en partie parce que son électorat était démotivé. Pour ce qui concerne les élections présidentielles, le phénomène est moins marqué, mais il joue néanmoins. La mobilisation devrait être plus forte pour les partis protestataires, pour la gauche, et pour les candidats qui ont réussi leur campagne ce qui donne, au doigt mouillé, la structure suivante, du plus favorisé au moins favorisé :
    Mélenchon – Le Pen – Hollande – Bayrou – Sarkozy

    Sureté de choix :
    Là, c’est plus facile à évaluer, car on a les mesures des sondeurs. Il faut tenir compte à la fois de la sureté de choix et du second choix des électeurs indécis. Les résultats qui ne tiennent compte que de la sureté du choix donne les résultats suivants, toujours du plus favorisé au moins favorisé :
    Sarkozy – Le Pen – Hollande – Mélenchon – Bayrou -Joly
    Les second choix des électorats donnent des déperditions de voix qui vont :
    De Mélenchon vers Hollande
    De Bayrou vers Hollande et un peu moins vers Sarkozy
    De Joly vers Hollande
    Les indécis vont donc, s’il changent d’avis, plutôt pencher beaucoup vers hollande et un peu vers Sarkozy. On peut donc inverser l’ordre entre Le Pen et Sarkozy, ce qui donne, pour la sureté de choix :
    Sarkozy – Hollande – Le Pen – Mélenchon – Bayrou

    Evolution des estimation :
    Là, c’est plus compliqué, car il y a eu des retournements de tendance cette dernière semaine pour tous les 5 grands candidats. On peut les séparer en deux groupes :
    Mélenchon et Sarkozy d’un côté et Le Pen, Bayrou et Hollande de l’autre.
    Sarkozy est monté jusqu’à début avril, mais il est maintenant à la baisse de manière assez marquée.
    Mélenchon est beaucoup monté jusqu’à la mi-avril ; il est maintenant à la baisse, mais de manière moins marquée que Sarkozy.
    Bayrou est descendu jusqu’à mi-avril et il remonte imperceptiblement cette dernière semaine
    Le Pen a baissé légèrement depuis début Mars et remonte récemment, de manière plus marquée que Bayrou.
    Hollande a eu la même évolution que Le Pen, mais sa remontée semble plus marquée.
    Je choisi de combiner les deux, en donnant la prépondérance aux dernières évolutions, ce qui donne, du plus favorisé au moins favorisé :
    Hollande – Le Pen – Mélenchon – Bayrou – Sarkozy

    Défauts de redressement :
    Sans trop détailler, on peut considérer que les sondages ont du mal à percevoir les dynamiques d’évolution de vote et les minimisent. Cela est dû principalement au problème de la technique des « souvenirs de vote ». Les sondés qui expriment deux fois le même type des votes sont surévalués et ceux qui mentent, parce qu’ils n’en sont pas fier, sur leur ancien vote, mais qui ne mentent pas sur leur vote futur sont sous évalués. Ce problème est notamment responsable :
    En 81, de la sous-évaluation de Mitterrand au profit de Marchais
    En 88 et en 95, de la sous-évaluation de Le Pen au profit de Chirac
    En 2007, de la sous-évaluation de Sarkozy au profit de Le Pen.
    Je parie que les principaux écarts entre les sondages et les résultats réels seront dû à ces problèmes de redressement et à la sous-évaluation d’un mouvement d’électeurs entre deux candidats.
    Si je reprends mon dernier article sur les biais des dernières élections, j’en conclue 2 choses :
    Les biais ont principalement lieu au sein d’un même camp
    Les biais sont plus importants à droite qu’à gauche.
    Maintenant, quels sont les mouvements possibles, qui risquent d’être sous évalués :
    De Sarkozy vers Le Pen, car les électeurs qui ont le plus maquillé leur ancien vote, mais pas leur vote futur sont probablement les déçus du Sarkozisme, qui vont dans la proportion la plus importante vers Le Pen.
    De Bayrou vers Hollande, peut-être : la dynamique de vote est en faveur de Hollande, qui fera probablement mieux que Royal et en défaveur de Bayrou, qui fera moins qu’en 2007.
    De Hollande vers Mélenchon, peut être aussi : la dynamique de vote est beaucoup plus en faveur de Mélenchon par rapport à Buffet, voire même par rapport à Besancenot que de Hollande par rapport à Royal.
    Donc, j’en déduis le classment suivant, qui me semble e plus déterminant des 5 pour les évnetuels biais :
    Le Pen – Mélenchon – Hollande – Bayrou – Sarkozy

    Faisons le point candidat par candidat maintenant :

    Le Pen :
    Très favorable : défauts de redressement ; favorable : mobilisation et évolution des estimations ; neutre : sureté de choix

    Bayrou :
    Défavorable : mobilisation, défauts de redressement et évolution des estimations ; très défavorable : sureté de choix

    Sarkozy :
    Très favorable : sureté de choix ; très défavorable : mobilisation, évolution des estimations et défauts de redressement.

    Hollande :
    Très favorable : évolution des estimations; favorable : sureté de choix, neutre : mobilisation et défauts de redressement

    Mélenchon :
    Très favorable : mobilisation ; favorable : défauts de redressement ; neutre : évolution des estimations ; défavorable : sureté de choix.

    Qu’est-ce que j’en déduis :
    A droite : Le Pen sera probablement haut et Sarkozy bas
    Au centre : Bayrou risque d’être bas au profit de Hollande
    A gauche : Hollande sera probablement haut et Mélenchon assez haut

    Je formule donc un pronostic surprise de ce type :
    Hollande : 29,5
    Sarkozy : 24
    Le Pen : 19
    Mélenchon : 15
    Bayrou : 8

    Sinon, la grosse surprise pourrait être qu’il n’y ait pas de surprises, ce qui donnerait, pour mémoire :
    Hollande : 28
    Sarkozy : 27
    Le Pen : 15,5
    Mélenchon : 14
    Bayrou : 10,5

    Voilà. Je suis sûr que malgré toutes mes précautions, je vais complètement me planter.

    • Félicitations au camarde Jules Vallès pour ce pronostic assez bien justifié et apparemment pas trop éloigné des résultats, à part une surestimation de Mélenchon (moins forte que la mienne) et une sous estimation de Sarkozy (moins forte que la mienne). Je constate quad-même qu’il manque les estimations pour la moitié des candidats.

  13. Les premiers chiffres du Ministère de l’Intérieur donnent Marine Le pen à 19.74%, non loin des 20%…je ne me suis pas trompée. Quant à l’étude sur les jeunes votant plus à droite que leurs parents, j’irais chercher le lien demain et je le mettrais ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s