Derniers sondages IPSOS, BVA, CSA, Harris et IFOP: Hollande domine toujours un second tour pour lequel Sarkozy améliore les reports de voix

 

IPSOS-Logica Business Consulting
Radio France, France Télévisions, Le Monde, Le Point
22 avril 2012
échantillon: 1090 

Hollande 54 (-2)
Sarkozy 46 (+2)

___________________________

BVA
Le Parisien-Aujourd’hui en France
22 avril 2012
échantillon: 678 inscrits sur un total de 802

Hollande 53 (-4)
Sarkozy 47 (+4)

___________________________

Harris Interactive-Viadeo
M6
22 avril 2012
échantillon: 1088

Hollande 54 (=)
Sarkozy 46 (=)

___________________________

CSA
i-Télé, BFM-TV, RMC, 20 Minutes, CSC
22 avril 2012
échantillon: 1009

Hollande 56 (-1)
Sarkozy 44 (+1)

___________________________

IFOP-Fiducial
Paris-Match, Europe 1, Public Sénat
22 avril 2012
échantillon: 1004

Hollande 54,5 (+0,5)
Sarkozy 45,5 (-0,5)

1. J’évaluerai les résultats de chaque sondeur prochainement, une fois les résultats complets et définitifs connus, voire validés par le Conseil constitutionnel (a priori, c’est le jeudi qui suit). Je prolongerai mes graphiques par sondeur. Je vois que, déjà, beaucoup de commentaires s’y emploient et relativisent aussi le nouvel échec supposé des sondeurs: ainsi, mon blog n’aura pas été inutile😉. Les tendances de l’indicateur agrégé montraient globalement qu’elles avaient été bien décelées, même si, pour Le Pen et Mélenchon, l’ampleur n’était pas exacte.

Je ne peux également m’empêcher de rire gentiment des commentaires anti-sondages et basés sur l’observation du terrain qui nous prédisaient ces dernières semaines le raz-de-marée mélenchonien.

Cela ne m’empêche pas de reconnaître que mon pronostic personnel était, comme d’habitude, lourdement erroné: Le Pen n’était pas surestimée mais bien sous-estimée; Sarkozy n’a pas du tout rebondi; Hollande n’a pas pâti d’une quelconque démobilisation. J’aurais dû faire mon pronostic à midi, après les chiffres de participation et mon propre vote…😛

En revanche, l’indicateur agrégé s’est avéré fort utile: il suffisait de le prolonger de manière plus prononcée pour Le Pen et Mélenchon (de même que mes graphiques de sondeurs avec tendances). Globalement, cela rejoint les constats faits aux Etats-Unis et c’est bien ainsi. Les sondeurs ne sont pas la vérité révélée, mais ils éclairent. Il faut toutefois tenir compte de la volatilité du dernier week-end et de leur globale prudence dans les changements de tendance (sauf CSA, mais sans succès…).

2. En attendant, la vie sondagière continue et 6 enquêtes ont été effectuées aujourd’hui. Méfions-nous, ces enquêtes sont faites très vite (l’échantillon de BVA est très réduit: TNS-Sofres ne propose que des reports de voix).

Néanmoins, elles confirment la tendance globale des derniers temps, même si Sarkozy semble légèrement à la hausse. Je publierai l’indicateur actualisé ce lundi 23 avril.

En termes de reports de voix, même si certaines données sont curieuses (toujours CSA), les chiffres montrent une amélioration limitée en faveur de Sarkozy (par ordre d’apparition: CSA, IPSOS, Harris, BVA, IFOP et TNS-Sofres, qui a réalisé le 22 avril un sondage auprès de 1515 personnes pour TF1 et Métro, avec SOPRA Group et TriElec):

– dans l’électorat Mélenchon, la situation est encore plus solide pour Hollande: 91/3/6, 86/3/11, 83/2/15, 90/6/4, 83/6/11, 85/4/11. Peut-être s’agit-il d’un simple effet de mobilisation du premier tour, le niveau de 80 étant retrouvé ensuite, ou simplement, l’effet d’une réduction du score de Mélenchon, qui est plus centré sur la gauche et donc se reporte mieux aujourd’hui.

(je précise que j’ai étalé les récents sondages, de manière à garder une certaine lisibilité à la tendance: l’axe chronologique n’est donc pas parfaitement juste en fin de période)

– dans l’électorat Joly, seul CSA nous donne des reports de 84/3/13, qui retrouvent les meilleurs niveaux pour Hollande.

– dans l’électorat Bayrou, la situation est plus contrastée mais confirme que Sarkozy a rattrapé Hollande (ce qui reste toutefois insuffisant et est peut-être seulement lié à la réduction de la base bayrouïste, donc plus au centre-droit): 40/25/35, 33/32/35, 38/32/30, 36/39/25, 32/38/30, 31/34/35. Le déchet reste important.

– dans l’électorat Le Pen, Sarkozy se renforce, mais Hollande quelque peu également, conséquence probable de la « nationalisation » (au sens de sa diffusion et de son étalement dans le pays) du vote de Le Pen, sur laquelle j’aurai l’occasion de revenir en cartes: 27/52/21, 18/60/22, 17/44/39, 20/57/23, 31/48/21, 29/45/26.

– dans l’électorat qui ne s’est pas prononcé au premier tour, seul CSA donne des chiffres (28/13/59), bien différents des habituels reports fournis par OpinionWay, qui montraient régulièrement que les mouvements étaient équilibrés.

En bonus, voici une carte du vote Le Pen, qui montre la « nationalisation » de son vote: partout au-dessus de 10% sauf à Paris et dans les Hauts-de-Seine et des scores surprenants de 16,27% dans la Creuse ou près de 15% en Mayenne:

16 réflexions sur “Derniers sondages IPSOS, BVA, CSA, Harris et IFOP: Hollande domine toujours un second tour pour lequel Sarkozy améliore les reports de voix

  1. Je donne les résultats quasi définitifs et les écarts entre ces résultats et 1. la moyenne des sondages du mois, selon le site élection politique citoyen 2. les résultats des l’indicateur du 20 avril
    Hollande : 28,6 (+0,9) (+0,8)
    Sarkozy : 27,1 (-0,4) (+0,1)
    Le Pen : 18 (+2,4) (+2,3)
    Mélenchon : 11,1 (-2,8) (-2,7)
    Bayrou : 9,1 (-1,1) (-1,2)

    Pour le première fois dans l’histoire de l’élection, il n’y a aucun score qui s’écarte de plus de 3% des moyennes données et, chose importante, tous les scores réels des candidats ont été donnés à un moment donné de la campagne :
    Hollande était vendredi dans une fourchette entre 27% et 30% et il est pile au milieu
    Sarkozy était donné entre 25% et 27,5% et il est à 27%
    Le Pen était encore donnée entre 14% et 17% et elle était encore donnée à 18% jusqu’au 7 mars dans certains sondages. Il faut donc arrêter de nous bassiner avec l’histoire du coup de tonnerre alors que certains sondages la donnaient à 20%, voire 21,5% début janvier.
    Mélenchon était donné entre 12 et 15, mais il était encore donnée à 11% jusque vers le 20 mars. Donc, ici encore, il faut relativiser l’échec de la prévision.
    Bayrou était donnée entre 9,5 et 11, mais il a été donné a 9 par la Sofres il y a 10 jours de cela.

    Donc, j’en déduis que les sondeurs n’ont jamais fait aussi bien. Tiens, pour le prouver, j’imporvise en direct un petit calcul. Je fais la somme des valeurs absolue des écarts entre moyenne des sondages et résultats réels pour les 4 plus importants candidats, pour les précédentes présidentielles. On va voir ce qu’on va voir :
    81 : 9,1% d’erreurs cumulées (Écart moyen : 2,3%)
    88 : 8,8% d’erreurs cumulées (Écart moyen : 2,2%)
    95 : 9,1% d’erreurs cumulées (Écart moyen : 2,3%)
    02 : 7,1% d’erreurs cumulées (Écart moyen : 1,8%)
    07 : 7,4% d’erreurs cumulées (Écart moyen : 1,85%)
    12 : 6,5% d’erreurs cumulées (Écart moyen : 1,6%)
    Ben voilà, les sondeurs n’ont jamais été aussi « fiables » et, même pour Mélenchon, qui est le moins bien estimé, celà évidemment parce que c’est celui qui a eu la dynamique la plus forte, l’écart reste quand même en deçà de 3%.

    Donc, pour l’instant, toujours pas de complot extra-terrestre néo-nazi en vue !

    En ce qui concerne le second tour, maintenant : je dis et je redis que les sondages de second tour sont plus fiables que ceux de premier tour, puisqu’ils se réduisent à des choix plus simples. Donc, pour l’instant, il n’y a pas de raison de sortir de la fourchette que j’ai donnée lors d’un de mes derniers commentaires, à savoir Hollande compris entre 51,2 et 58,8.
    Évidement, la fourchette la plus probable, c’est une valeur comprise entre 52 et 55, avec une moyenne qui va probablement revenir autour de 53% dans les prochains jours, à cause du bon total de Le Pen et du mauvais total de Mélenchon.

    En vérité, la structure du second tour de 2012 ressemble plus, à mon sens, à celle de 95 en inversée entre la gauche et la droite. Hollande part de haut et devrait baisser un peu pendant les deux semaines qui suivent, mais il devrait rester largement devant jusqu’à la fin.

    • Chiffres tout à fait intéressants.
      En fait, la « mémoire » joue beaucoup dans le jugement sur les sondeurs… Or, elle est d’environ 2 à 4 semaines: donc, on voyait Mélenchon sur les talons de Le Pen et Sarkozy plus fort…
      Surtout, les tendances étaient les bonnes.

      • Surtout, pour moi qui suis un scientifique, j’enrage de na pas pouvoir avoir accès aux matrices de redressement. Je ne suis pas contre les redressements et même plutôt pour, mais j’aimerai avoir les valeurs pour pouvoir mettre en perspective les résultats donnés.
        Mais, si on considère que 95% des gens ne savent pas lire correctement un sondage et se contente d’asséner les chiffres bêtement, je me dis que les gens qui lisent ce site doivent être bien les seuls à s’intéresser à ces foutues matrices.

  2. Selon moi, si l’election n’est pas jouee, cela parait quand meme complique pour NS: oblige d’aller chercher les electeurs du FN et du coup forcement de continuer a droitiser son discours, decourageant forcement des electeurs plutot du centre qui iront vers FH… En imaginant un fort siphonage des electeurs du FN (75%?), et 100% de NDA, 33% de bayrou, 5% de Melenchon-Joly et on peut penser que NS pourrait arriver a monter jusqu’a 46%. Mais ce serait difficile d’aller au dela…

    Reports de voie pour NS:
    FN (75%) = 13.65
    Ext Gauche (5%) = 0.76
    Bayrou (33%) = 3
    NDA (100%) = 1.8

    De son cote FH va continuer sur sa ligne de conduite: tenter la normalite, le ni oui ni non, ne pas creer trop de vague, et continuer a taper sur NS. Et ca devrait marcher! Car sans rien faire, il semble deja avoir presque 49% en comptant la gauche de la gauche (13.68%), le centre (3%) et la droite (3.64%).
    En imaginant NS force de durcir son discours et voire un decalage des electeurs du centre vers FH, celui-ci devrait recuperer au minimum sans trop d’efforts un petit point pour arriver a 50%…

    Reports de voie pour FH:
    FN (20%) = 3.64
    Ext Gauche (90%) = 13.68
    Bayrou (33%) = 3

    Soit pour le moment, il semble que FH ait une avance non negligeable en termes de reports de voie par rapport a NS qui lui n’a plus que 14 jours pour renverser la tendance… Saura-t-il le faire?

  3. ce que j’avais dit hier s’est confirmé !
    Pour le 6 mai ce sera 53/47 à plus ou moins 0.5% !
    Sauf évènement majeur imprévisible évidemment !

  4. Il faut comprendre que les hommes politiques jouent « toujours » le « coup d’après ». Dans cette perspective, Marine Le Pen et à un degré moindre François Bayrou ont un intérêt objectif : que Sarkosy perde et même qu’il perde de beaucoup. C’est le pari qu’avait fait Chirac en 81 pour « tuer » Giscard et devenir le leader de l’opposition ensuite. Dans ce scénario la droite exploserait et le FN et le Centre deviendraient des pôles de ralliement dans une probable recomposition.
    Le Pen et Bayrou ne vont évidement pas appeler officiellement à voter Hollande… mais… beaucoup de leur partisans auront la démarche de faire chuter le sortant.
    Les électeurs n’appartiennent pas à ceux pour qui ils ont voté au premier tour mais on comprend donc aisément que le report de voix FN et Modem ne pourra donc pas se faire mécaniquement et massivement vers Sarkosy. Comme indiqué dans les sondages et par de nombreux spécialistes NS plafonne à 47 % ! En faisant une super campagne de 2nd tour, il peut espérer grapiller 1 point mais guère plus.

    • Je voudrais juste ajouter, pour aller dans le sens de Maxence, c’est que le calcul stratégique de l’implosion post-défaite de la droite sur laquelle tablent MLP et FB vient surtout du fait que NS a annoncé qu’il se retirerait de la vie politique (son seul côté Jospinien) même si c’est encore une promesse qu’il peut ne pas tenir et ensuite qu’il n’y a objectivement personne de bien crédible en leader de la droite traditionnelle dans son camps (Copé inspire autant d’exécration que NS chez beaucoup et Borloo n’a rien d’un meneur d’une droite RPR/UMP traditionnelle).

  5. Quelques commentaires…

    La grosse erreur des sondeurs a été la mauvaise estimation du taux de participation… Là où certains tablaient sur 25 à 30 % d’abstention, on se retrouve avec 20. Certains modèles retenus n’étaient donc pas très en accord avec la réalité du corps électoral de ce 22 avril.

    Les sondeurs ont globalement sous estimé Le Pen (mais seulement de 2 % ) et surestimé Mélenchon (2 % là aussi), certains plus que d’autres… On ne peut donc pas parler de « grande surprise » ou quoique ce soit de ce genre : le résultat de Le Pen est la suite logique du score FN aux cantonales. Avec une bien meilleure campagne, elle aurait pu dépasser les 20 %.

    Ifop s’en sort finalement assez bien. Il était le seul à avoir un tracking quotidien.

    Pour le second tour, Sarkozy n’a pas d’autres choix que d’être dans l’offensive brutale : il doit détruire Hollande sinon c’est cuit.

    • IFOP pris en flagrant délit de mensonge lorsqu’il met 2 points de différence entre NS et FH l’avant-veille du scrutin et de les remettre in extremis à égalité le lendemain.
      A mes yeux, ils ont perdu en crédibilité.

  6. « Pour le second tour, Sarkozy n’a pas d’autres choix que d’être dans l’offensive brutale : il doit détruire Hollande sinon c’est cuit »
    Tres bien resume!🙂

  7. Avant le scrutin, j’avais entendu à la radio des témoignages racontant qu’ils connaissaient des gens qui disaient en public qu’ils voteraient Mélenchon, mais qu’en vérité ils voteraient Le Pen. Ce mensonge est facile puisque si quelqu’un se positionne anti-système il peut facilement se réclamer de l’un ou de l’autre, sauf que de se réclamer de Le Pen est plus problématique socialement et professionnellement que du gentillet Mélenchon; C’est une des raisons pour laquelle j’avais prédis que Le Pen ferait plus que sa moyenne des sondages, et que Mélenchon moins. J’ai eu raison😀

    D’ailleurs, à retenir que l’enarque directeur de campagne de Le Pen, Florian Philippot, jouait son avenir dans cette élection et avait lancé que Le Pen ferait le double de Mélenchon, ce qui faisait sourire les journalistes mais ça s’est révélé être presque (mais pas tout à fait) le cas. En tous cas, il s’en est bien tiré et on risque de le voir plus à l’avenir.

    En ce qui concerne la stratégie de certains frontistes à voter Hollande pour faire s’effondrer l’UMP, je ne suis pas certain que ce soit la bonne pour eux. Si Hollande gagne, et que l’UMP réussit à se refaire, alors pour l’élection présidentielle de 2017 l’électorat qui en aura marre de la gauche votera à nouveau UMP. Alors que si Sarko est réélu de justesse et déçoit autant que pour son premier quinquennat, là un deuxième tour PS/FN serait envisageable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s