Derniers sondages IPSOS, LH2, BVA (circo), OpinionWay (circo) et IFOP (circo) pour les législatives: stabilité, surprises seulement à la marge et pronostics maintenus

IPSOS-Logica Business Consulting
Radio France
1-2 juin 2012
échantillon: 894 inscrits sur un total de 971
(évolution par rapport à la dernière livraison du même institut)

EXG 1,5 (=)
FG 7 (-1)
PS+PRG+MRC+DVG 32,5 (+1,5)
EE-LV 6 (=)
(soit PS+PRG+EE-LV 38,5)
MoDem 3 (+1)
UMP+NC+PR+DVD 34 (-1)
FN 14 (-1)
Divers 2 (+0,5)

LH2
Le Nouvel Observateur

1-2 juin 2012
échantillon: 960

LO 0,5
NPA 1
FG 8
PS 30
PRG+DVG 1,5
(soit PS+PRG+DVG 31,5)
EE-LV 5
(soit PS+PRG+DVG+EE-LV 36,5)
MoDem 5
NC 1
UMP 30,5
DVD 3
(soit UMP+NC+DVD 34,5)
FN+EXD 14,5

1. Pour la première fois, nous avons également droit à une projection en sièges, de la part d’IPSOS. Et comme à chaque élection législative, celle-ci n’a aucun sens, car les fourchettes sont trop larges et les instituts ne peuvent s’empêcher d’affecter des sièges aux petites formations en fonction des intentions de vote nationales, qui n’ont rien à voir avec leur implantation locale.

FG 21-23 (admettons)
PS-DVG 249-291 (avec cette ampleur, tout est possible…)
PRG 14-16 (correct)
EE-LV 17-23 (nettement surévalué)
UMP 209-255 (c’est justement sur le PS et l’UMP que l’on attend un peu d’engagement et de précision des sondeurs et ils nous donnent 50 sièges d’écart: de tels rpojections auraient déjà pu être faites il y a 6 mois au moins…)
NC 9-14 (un tel écart sur un si faible nombre de sièges est inacceptable)
PR 2-5 (un peu juste, quand même)
MoDem 0-3 (voilà ce qui s’appelle ne pas se mouiller…)
FN 0-3 (le détail en serait intéressant…)

Ce qui donne des totaux gauche de 303-357 et droite de 220-274, avec une participation estimée à 61%. Voilà bien la seule information un peu intéressante: IPSOS évalue la participation probable à environ 59 à 62%, ce qui paraît crédible.

2. Les sondages par circonscription sont plus intéressants et me confortent dans mes pronostics, même si les résultats chez les Français de l’étranger sont nettement plus favorables à la gauche que tout le monde le prévoyait, moi compris, malgré, déjà, quelques audaces… Mais la faible participation, la force du boboisme, le rejet des candidats « métropolitains », la division de la droite ont manifestement assuré le succès des socialistes et des Verts. J’actualiserai mes pronostics en tenant compte de ces premeirs vrais résultats. En Polynésie, 3 divers droite restent favoris, conformément à mon pronostic.

Réjouissons-nous de tous ces sondages locaux. Je n’ai pas souvenir d’en avoir vu autant en 2007, mais peut-être me trompé-je. Dommage en revanche que la majorité soient dans des circonscriptions en réalité aisées à prévoir. Allez sonder Santini, Devedjian, Morano ou Boyer, allez sonder la Loire, l’Yonne, la Meuse ou le Morbihan, allez sonder Borgel, Hammadi/Brard ou Braillard/Meirieu !
Rien n’est parfait en ce monde…

Parmi les circonscriptions sondées, il y a les confirmations pour la gauche:

IFOP 2e de la Gironde:
UMP 38 / PS 37 / FG 8 / EE-LV 7 / FN 6,5 / NPA 1 / MEI 1 / LO 0,5 / deux divers 0
PS 55 / UMP 45
Pas de surprise dans l’ancienne circonscription de Juppé, où la ministre déléguée Delaunay, pourtant pas très brillante politicienne, devrait être réélue. C’est presque étonnant que la « jeune pousse » de l’UMP ne fasse pas encore moins. Mais il est vrai que, théoriquement, nous sommes là au coeur conservateur de Bordeaux… la vague bobo verte-rose frappe partout…

IPSOS 2e de la Réunion:
DVG (ex-PCR) 67,5 / PCR 12 / PS 7 / DVD 5 / EE-LV 3,5 / FG 2 / FN 1,5 / DLR 1 / LO 0,5 / trois divers 0
Pas de sondage de 2e tour. Huguette Bello a bien fait de quitter le PCR… Elle va vers un score stalinien…

Il y a aussi les gains ou les progrès pour la gauche, que la droite ne paraît pas en mesure ou qu’il lui sera difficile de contrecarrer:

IFOP 5e des Bouches-du-Rhône:
UMP 36 / PS 34 / FN 13,5 / FG 8,5 / EE-LV 3,5 / MoDem 2,5 / DVG 1 / NPA 0,5 / POI 0,5 / sept divers 0
PS 52 / UMP 48
Comme je le pense, Carlotti devrait battre Muselier. Certes, ce sera difficile et nous sommes largement dans la marge d’erreur, mais la tendance est là. Il est intéressant de noter qu’au 2e tour, les électeurs FN s’exprimant (seule donnée disponible) se répartissent 17-83 en faveur de l’UMP: nous sommes bien dans le Sud-Est, pas dans le Nord-Est…

IFOP 2e des Hauts-de-Seine:
PS 36 / UMP 26 / PR-MoDem-NC 19 / FN 5 / FG 5 / EE-LV 3,5 / DLR 1 / DVD 0,5 / NPA 0,5 / AEI 0,5 / trois divers 0
PS 54 / UMP 46 ou, en cas de triangulaire, PS 48 / UMP 34 / PR 18
Pas de surprise non plus ici: Rama Yade échouera, mais elle devrait entraîner dans sa chute Aeschlimann, dans une circonscription difficile, avec un « bon petit soldat » du sarkozysme, symbole des méthodes pas toujours orthodoxes des Hauts-de-Seine…

IPSOS 1e de la Réunion:
PS 38 / MoDem 22 / UMP 20 / EE-LV 5,5 / PCR 4 / DVG 3,5 / DVD 3,5 / FN 2,5 / FG 1 / deux divers 0
Pas de sondage de 2e tour, mais le PS a une bonne dynamique. Comme ailleurs sur l’île, le PCR s’effondre et l’UMP est mal en point. On ne peut pas dire que ce soit la fin d’un système, car les candidats étiquetés MoDem sont les représentants d’une partie de ce système et le PS lui-même a ses propres barons…

IPSOS 3e de la Réunion:
PS 43 / MoDem 30 / DVD 16 / PCR 5 / FN 2,5 / EE-LV 2 / FG 1 / rég. 0,5
Pas de sondage de 2e tour, mais le PS a une excellente dynamique. Je suis surpris par le fait que le vieux Thien Ah Koon parvienne encore à faire 30% et à se retrouver au second tour: je pensais que le DVD, maire du Tampon, quand même, parviendrait à le devancer: voilà un pronostic qui mérite une actualsiation avant le 10 juin😉
Cela signifierait que la gauche, toutes tendances confondues, pourrait faire le grand chelem dans l’île.

IFOP 2e des Pyrénées-Orientales:
PS 31 / UMP 28 / FN 20 / FG 7 / MoDem 5,5 / EE-LV 3 / SE 1,5 / divers 1,5 / NPA 1 / LO 0,5 / AEI 0,5 / divers 0,5
PS 50 / UMP 50 ou, en cas de triangulaire, PS 42,5 / UMP 36,5 / FN 21
Dans mes pronostics, j’ai fait le pari d’une triangulaire, ce qui condamne l’UMP. Mais, avec une forte abstention et un effritement national du FN, rien n’est assuré.
En cas de duel, l’électorat FN qui s’exprime se ventile 29-71, l’électorat EE-LV 68-32 et l’électorat MoDem 41-59.

IFOP 2e des Pyrénées-Atlantiques:
PS 32 (+1) / MoDem 30 (+1) / UMP 19 (-4) / FN 8,5 (+1,5) / FG 6 (-0,5) / EE-LV 3 (+0,5) / NPA 1 (+0,5) / DLR 0,5 (=) / trois divers 0 (=)
Bayrou est l’objet de toutes les attentions… Déjà trois sondages dans sa circo, dont deux de l’IFOP… L’UMP régresse et pourrait bien être éliminée du 2nd tour. Mais les Pyrénées-Atlantiques sont un département plutôt « civique » avec une bonne participation: à 19%, c’est encore faisable, surtout avec l’agitation médiatique qui va mobiliser nettement dans cette circo, je pense… Bayrou n’est « pas encore mort » comme le disent élégamment certains titres de journaux, mais ce sera difficile. En tous les cas, encore une preuve de la progression du PS (qui ne peut qu’inquiéter MAM non loin de là).
En cas de duel, les électeurs UMP qui s’expriment rejoignent Bayrou à 70% et la candidate PS à 30%.

Il y a aussi les victoires de la droite qui sont autant de non-événements:

OpinionWay 4e des Alpes-Maritimes:
UMP 37 / FN 22 / PS 18 / FG 12 / DVD 7 / LO 1 / AEI 1 / DLR 1 / divers 1 / un divers 0
UMP 70 / FN 30 ou, en cas de triangulaire, UMP 48 / PS 30 / FN 22
Un duel UMP-FN est ici probable et au résultat connu d’avance. A noter qu’en cas d’un tel duel, l’électorat FG se reporte « seulement » à 27% sur l’UMP et à 2% sur le FN, 71% s’abstenant; l’électorat PS à 51%, 3% et 46% respectivement.

OpinionWay 3e du Var:
UMP 43 / FN 23 / PRG 22 / FG 4 / AEI 3 / AC 2 / PCD 2 / EXG 0,5 / DVG 0,5 / un divers 0
UMP 47 / PRG 29 / FN 24
Le sondeur est même généreux de ne pas envisager seulement un duel UMP-FN… Mais, dans tous les cas de figure, il n’y a pas de suspense ici, Gollnisch ou pas !

Il y a également les victoires plus délicates pour l’UMP, qui assure toutefois l’essentiel:

BVA 6e de Seine-et-Marne:
UMP 47 / PS 26 / FN 14 / FG 8,5 / MoDem 3 / AEI 1 / DLR 0,5 / deux divers 0
UMP 60 / PS 40 ou, en cas de triangulaire, UMP 48 / PS 38 / FN 14
Copé n’est donc pas menacé et le FN, comme prévu, n’est pas en mesure de troubler le jeu en Ile-de-France, où il est peu brillant, sauf peut-être aux marges rurbaines et rurales. Cette circonscription ayant été redécoupée favorablement et Copé étant très bien implanté, il y a ici peu de surprises et le pronostic, quoi qu’en disent tous les médias en mal de suspense, est assez sûr.
Notons les reports intéressants, entre PS, UMP et abstention, parmi les électorats FN (19-55-26, assez conformes à la rpésidentielle), MoDem (54-35-11, plus favorables à la gauche, mais nous sommes en Ile-de-France et c’est Copé…) et FG (89-8-3, as usual).

OpinionWay 2e de l’Aisne:
UMP 41 / PS 30 / FN 17 / FG 6 / MoDem 2 / LO 1 / MEI 1 / POI 1 / DVG 1 deux divers 0
UMP 52 / PS 48 ou, en cas de triangulaire, UMP 44 / PS 38 / FN 18
Xavier Bertrand en serait presque à souhaiter une triangulaire ! Mais, ici, l’électorat FN est plus populaire et, soit s’abstient, soit vote moins à droite: les reports, en cas de duel, ne sont que de 17-35-48. On retrouve globalement l’efficacité locale de Bertrand auprès de son électorat, mais son incapacité à élargir et rassembler.
La circonscription est difficile, c’est certain, mais il devrait s’en sortir et je suis content que mon pronostic soit ici conforté.

Il y a enfin la seule vraie surprise et elle est de nouveau… corse. Décidément, tout va à l’envers en Corse cette année: le PRG menacé à Bastia, Renucci en difficulté et maintenant Rocca-Serra… Mettons provisoirement cela sur le compte de la difficulté de sonder… Remarquons aussi une grande porosité d’électorats entre FN et nationalistes.

IFOP 2e de Corse-du-Sud:
UMP 33 / nationaliste 20 / PRG 18 / FG 14 / FN 11 / nationaliste 3,5 / divers 0,5 / un divers 0
UMP 50 / nationaliste 50 ou, en cas de triangulaire, UMP 38 / nationaliste 31 / PRG 31
Encore un élu UMP qui va souhaiter une triangulaire… pourtant très peu probable si les chiffres du 1er tour sont juste, puisque la Corse s’abstient beaucoup et qu’il faudrait nettement plus de 18% au PRG pour se maintenir. La victoire d’un nationaliste, même modéré, ferait ici sensation. En cas de duel le report de l’électorat FN se fait à 70% sur le nationaliste et à 30% seulement sur l’UMP (parmi ceux qui s’expriment, seule donnée disponible).

Je ne reprends pas à mon compte le sondage CSA réalisé pour le compte de l’association de soutien de Thierry Solère, le dissident anti-Guéant, dans la 9e des Hauts-de-Seine. Comme aux Etats-Unis, ce type de sondage, souvent biaisé (on ne connaît pas les questions, notamment…), ne sert qu’à alimenter une campagne. Il donne l’UMP à 29 seulement au premier tour, le DVD à 24 et le PS à 23. Au second tour, ce serait DVD 55 / UMP 45 ou UMP 58 / PS 42 ou UMP 37 / PS 32 / DVD 31. Bref, Solère tente un coup « à la Bayrou »…
Autant je pense que Guaino sera en vraie difficulté, autant Guéant me semble à peu près tranquille. Mais les campagnes sont là pour inverser les tendances, c’est certain.

Au total, nous nous acheminons donc bien vers une victoire assez ample du PS. De ce point de vue, les circonscriptions « canaris » du jour sont bien celles de Carlotti-Muselier, de Bertrand et la 2e des Pyrénées-Orientales. L’outre-mer et l’étranger montrent que la droite part avec un handicap important avant même d’aborder la métropole. Pour le compenser, l’UMP doit compter sur un FN effrité. C’est bien le cas dans les sondages nationaux, mais l’effritement est-il le même partout ? La 2e des Pyrénées-Orientales constitue un point de bascule: à 20%, le FN est exactement au seuil de la qualification… Avec Le Pen, le 22 avril dernier, le FN s’était « nationalisé » (avait progressé aussi dans la moitié Ouest) et s’était ruralisé et, à part l’Ile-de-France et les très grandes villes, avait progressé fortement partout. Aux législatives, sa rétractation pourrait se faire davantage à l’Ouest et moins dans ses zones de force traditionnelles, à la fois plus résistantes et labourées par des candidats qui se sont désormais « fait un nom ». Or, c’est bien dans celles-là que l’UMP est la plus fragile. La 2e des P.-O. montre également que, même sans le FN, ces circonscriptions serrées sont loin d’être acquises, particulièrement dans les départements dont la tradition de gauche subsiste (Gard, Hérault, P.-O., au contraire du Var ou du Vaucluse, très droitisés désormais).

En fin de compte, la capacité de nuisance du FN sera quand même réduite, par rapport aux ridicules centaines évoquées dans les médias lors de la présidentielle, mais elle pourrait quasiment atteindre le niveau de 1997 et sera réelle, de manière ciblée, dans les départements déjà pointés, souvent anciennement de gauche (Aisne, Oise, Gard, Hérault, Meurthe-et-Moselle) ou de droite de plus en plus mal assurée (Moselle, Loire).

Je maintiens donc mon pronostic initial d’une majorité absolue à lui seul pour le PS (avec ses dissidents et les divers gauche habitués à le suivre, bien entendu), même s’il sera peut-être dépendant du PRG. En tous les cas, il pourra probablement s’exonérer du FG et d’EE-LV, contrairement à ce que nous serinent les médias et les sondeurs dans leurs commentaires.

L’UMP va pouvoir se consacrer pleinement à sa guerre interne… Nous y reviendrons, avec le dernier sondage BVA et les positionnements « intéressants » de Juppé et Copé, dans un jeu qui paraît se compliquer et n’est pas aussi clair qu’un Copé triomphant chez les militants ou un Fillon très populaire dans le pays.

Dommage que les choses semblent se calmer au PS, où Aubry paraît réellement sur le départ et où Delanoë prépare ses vieux jours, en jouant probablement un remplacement d’une Taubira gaffeuse et/ou incontrôlable, voire d’une Duflot trop bavarde. Une bataille Désir/Rebsamen/Cambadélis/Gorce n’aura pas des conséquences si fratricides qu’elles soient insurmontables, car une victoire de Désir (le scénario le plus probable à ce jour) ne serait pas une défaite de Hollande, tandis qu’une victoire de Rebsamen ne ferait qu’entériner la prééminence présidentielle, alors qu’Aubry s’efface (temporairement ?), que Fabius ronronne avec son nouveau et probablement ultime jouet et que le tour de Delanoë semble être passé.

8 réflexions sur “Derniers sondages IPSOS, LH2, BVA (circo), OpinionWay (circo) et IFOP (circo) pour les législatives: stabilité, surprises seulement à la marge et pronostics maintenus

  1. TOUS ces sondages n’ont guère de sens pour les legislatives ! PERSONNE ne connait le % d’abstention !

    LE PLUS INTELLIGENT est d’ATTENDRE ce que diront les électeurs dans chacune des 577 circonscriptions

    qui sont autant de scrutins dont les paramètres échappent aux COMMENTATEURS PROFESSIONNELS QUI

    PASSENT LEUR TEMPS et leur ENERGIE à faire des pronostics presque toujours FAUX …

    • Vous avez TOTALEMENT et DÉFINITIVEMENT raison : il est IMPOSSIBLE de connaître les RÉSULTATS avant d’avoir eu les RÉSULTATS. Le FUTUR n’étant pas le PRÉSENT, cela nous interdit, en CONSÉQUENCE de CAUSE, d’avoir la moindre CERTITUDE;

      Si vous saviez le nombre de commentateurs professionnels qui prédisent ce soir que demain matin le Soleil va se lever à l’est (enfin, au nord est, en cette saison). Qu’est ce qui nous prouve que c’est effectivement le cas ? Le mieux, c’est donc d’attendre sagement demain… enfin, si demain arrive.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Induction_(logique)

  2. Une majorité absolue pour le PS seul ou avec EELV et PRG fera-t-elle grande différence, sinon psychologique ?
    Je ne vois pas EELV et PRG s’opposer au PS.
    Idem avec le FdG même si dans une moindre mesure.

    • Le fonctionnement de la mairie de Paris, avec un PS dépendant des Verts (2001-2008) ou seul aux commandes (depuis 2008), ce n’est pas la même chose…
      Je ne parle pas de Lyon.
      Le Drian en Bretagne (régionales de 2010) ne s’est pas embarrassé d’une alliance avec les Verts: il savait qu’il pouvait faire sans, il n’a pas hésité.
      Et le fonctionnement actuel du Sénat avec cette glue de Placé et son mini-groupe promet quelques années difficiles à Bel…
      Franchement, un électeur de gauche bien constitué et souhaitant que Hollande, Ayrault, Mosco, Touraine, Sapin et Valls aient les coudées franches, a intérêt à voter pour les dissidents du PS, les PRG et les DVG en mesure de battre les EE-LV…
      Les (vieux) communistes seraient des partenaires bien plus fiables et bien plus efficaces au quotidien que la plupart des Verts.

  3. A mon avis, un électeur de gauche bien constitué adhère globalement aux idées de gauche, sans pour autant gober tout le programme du candidat.
    Pareil pour un électeur de droite avec le programme de l’UMP.
    L’écologie est quand même nécessaire. Reste à savoir pourquoi les gauchistes l’ont accaparée et pourquoi une écologie moins politisée n’arrive pas à voir le jour.

    Il est vrai qu’ils sont très pénibles, mais j’essaie de me convaincre qu’ils ne sont pas forcément méchants. Juste des enfants capricieux ! On leur donne une petite fessée de temps en temps, ça les calme un peu et ils reviennent vers leurs parents.

    • Au contraire, ils sont très idéologues (et beaucoup sont d’ailleurs assez brillants dans leur genre, ce qui les rend d’autant plus dangereux).
      Contassot (le pire à Paris), Baupin, Mamère, Placé, Billard (avant de passer au FG), Duflot, Coronado, Bavay, Hascoët, même Jadot,… la liste est longue de personnalités en réalité très peu tolérantes et très dures dans les relations humaines et professionnelles.

      A sa manière, Filippetti n’était pas une tendre. Elle sait aujourd’hui jouer de la lumière et s’est largement embourgeoisée et social-démocratisée (attention, je ne dis pas forcément qu’elle sera mauvaise ministre: elle est plutôt travailleuse; même si, à titre personnel, payer davantage mon abonnement Internet pour que des petits imbéciles puissent regarder gratuitement des séries US ou écouter gratuitement Lady Gaga, je ne l’admets pas… ;)).

      Les sympas comme Cochet sont plutôt une minorité, en voie de marginalisation. Les Waechter (bizarre, je sais, mais vraiment environnementaliste pour le coup) et Buchmann sont déjà partis depuis longtemps.

  4. Je suis évidemment d’accord sur leur idéologie et sur leur intolérance mais au même titre que Mélenchon que je ne perçois pas comme dangereux. Au moins, Mélenchon est dans son rôle, à gauche. On a du mal à percevoir les verts comme étant écologistes.
    L’imposture est là : on est entouré de catastrophes écologiques mais les verts ne défendent pas l’environnement.
    Pourtant, les gens sont très demandeurs d’écologie. Si la primaire des verts n’était pas limitée à leurs seuls adhérents, Hulot aurait probablement été désigné candidat.

    Finalement, je ne les aime pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s