Election à la présidence de l’UMP: Fillon plus proche du modèle Hollande que du modèle Hulot, mais la fusée Copé pourrait dissiper l’illusion Fillon

1. Un été chaud pour l’UMP…

Le sondage IFOP pour Le Figaro, réalisé entre les 10 et 19 juillet auprès de 609 sympathisants UMP (extraits d’un échantillon total de 2983), a d’abord confirmé les tendances évoquées dans les précédents articles publiés ici.

A la question de la personnalité souhaitée comme « dirigeant de l’UMP pour les prochaines années« , les sympathisants UMP répondent:
Fillon 62 (=)
Copé 21 (+1)
une autre personnalité 11 (-2)
aucun des deux 6 (+1)

Les évolutions se rapportent à un sondage réalisé du 25 au 27 mai 2012, mais dont je ne retrouve strictement aucune trace… Peut-être un internal, ou un sondage non commandé, mais que l’IFOP a réalisé pour disposer d’une base de départ.

Cette domination très nette de Fillon est légèrement plus forte avec l’âge (ce qui est une confirmation), mais ne correspond en revanche pas, sociologiquement, aux résultats évoqués dans mon article précédent, puisque Fillon est ici surtout fort parmi les professions intermédiaires et un peu moins parmi les CSP+. Néanmoins, les écarts ne sont pas énormes. Surtout, nous sommes ici limités aux sympathisants UMP: cela signifierait que les CSP+ favorables à Fillon sont davantage ceux de gauche, ce qui n’est pas illogique. De même, il est ici moins fort en agglomération parisienne, mais là encore, l’écart peut s’expliquer par les différences entre électorat global et électorat UMP.

Un autre sondage IFOP, pour le JDD cette fois-ci, réalisé entre les 9 et 13 août, auprès d’un échantillon total de 2000 personnes (dont 20% de sympathisants UMP nous dit-on, soit 400), donne un tableau différent, quoique toujous favorable à Fillon:
à la même question, il est répondu
Fillon 48
Copé 24
NKM 7
Bertrand 5
Le Maire 2
Estrosi 1
Dord 0
aucun 13

Cela peut apparaître comme une forte érosion pour Fillon (et le camp Copé ne s’est pas privé de le dire), mais nous avons déjà souligné que Fillon est en fait un attrape-tout, qui prend tout ce qui n’est pas Copé: s’il est seul, il est très haut; si des tiers sont ajoutés, ils prennent surtout sur Fillon, que ce soit Juppé, Sarkozy, NKM ou d’autres et qu’ils soient seuls ou en groupe.

La ventilation de détail reste similaire, avec un Fillon plus fort avec l’âge des répondants; un Copé un peu plus fort dans le sud-est (28) et plus faible dans le nord-ouest (19); un Fillon étonnamment fort chez les professions intermédiaires et un Copé plus présent chez les artisans-commerçants-entrepreneurs.
Même si les échantillons sont faibles, il est intéressant de remarquer que,
– parmi les sympathisants UMP ayant voté Sarkozy, Fillon est à 50%, Copé à 27, NKM à 6 et Bertrand à 5;
– parmi ceux ayant voté Bayrou, Fillon n’est qu’à 39 et Copé à… 6, mais NKM est à 18;
– parmi ceux ayant voté Le Pen, Fillon est à 31, Copé à 26, NKM à… 0 et Estrosi à 10.
Ces chiffres peu étonnants nous confirment surtout que c’est bien un duel Fillon-Copé et qu’aucun autre (Juppé s’étant retiré) n’est en mesure de le troubler. L’électorat fondamentalement UMP ne se concentre que sur Fillon et Copé.

Enfin, dans ce même sondage, 53% des sympathisants UMP souhaitent que Sarkozy soit de nouveau candidat en 2017… Glups… Quelle dimension privilégier dans cette réponse: le légitimisme (favorable à Fillon) ou l’activisme (favorable à Copé) ?

2. Un certain nombre d’arguments doivent permettre à l’équipe Fillon de rester optimiste:

ces sondages avec des échantillons de 600 et de 400 rappellent ceux effectués, avec une certaine fiabilité, pour les primaires socialistes de 2006 et 2011 et ceux pour la primaire UMP pour la tête de liste des régionales en Ile-de-France en 2010, Pécresse battant Karoutchi avec le score à peu près anticipé par les sondeurs,

les contingents UMP ne sont pas tous des génies politiques mais, tactiquement parlant, ils sont moins obtus que ceux d’EE-LV préférant Joly à Hulot et sont davantage capables de voir l’intérêt de leur parti,

idéologiquement, Fillon n’est pas aussi « dérangeant » que Hulot pour les Verts… ! Au contraire, cette élection interne ne semble pas tellement située sur le fond et sur l’idéologie (même si elle aura aussi ces conséquences-là), mais, comme c’est de plus en plus la règle dans la politique moderne, sur les personnalités et les positionnements, ce qui ne peut apparemment qu’avantager la force tranquille et rigoureuse de Fillon,

les traits d’image et les positionnements personnels sont plus difficiles à modifier que les clivages d’idées et Copé aura donc du mal à se départir de son côté bull-dog (mais est-ce un désavantage en interne ?)

l’electability de Fillon semble jusque là correspondre à l’aspiration du moment à l’UMP et au résultat d’une défaite pas humiliante au second tour de la présidentielle: assumer le bilan du quinquennat, tout le bilan, mais sans les outrances du Président sorti,

le ticket que propose Copé (déjà… Sarkozy est vraiment un mou et un lent à côté de Copé… :P) est très libéral et « d’appareil »: Chatel vice-président et Tabarot secrétaire générale. En y ajoutant Raffarin à la présidence du conseil national (pas très valorisant pour lui de ne pas être vice-président, mais bon, il apparaît quand même), cela fait beaucoup d’anciens DL. Cela laisse la possibilité à Fillon, avec une Pécresse vice-présidente (oui, difficile de la mettre SG maintenant :P), un Wauquiez SG et (croisons les doigts) un Juppé président du conseil national (ou même avec un Ciotti SG et Wauquiez ou Pécresse glissant au porte-parolat), de ratisser plus large et de faire plus médiatique et renouvelé.

3. Pourtant, les signaux d’inquiétude me paraissent nombreux, même si pas très surprenants (avant l’élection présidentielle, j’écrivais ma certitude d’un Copé président de l’UMP et candidat battu en 2017 contre un Hollande décidément très chanceux):

ces sondages concernent les « sympathisants » et non les adhérents et Hulot a vu la différence que cela faisait face à Joly; il s’agit bien, en outre, d’une élection interne et non d’une primaire ouverte,

– en termes d’organisation, Copé est clairement au-dessus et au-delà de Fillon. Bien entendu, il a tout l’appareil de l’UMP, mais on ne sent pas, chez Fillon, la mise en oeuvre d’une forte mécanique. Je peux témoigner d’une difficulté particulière à joindre cette équipe: il est vrai que ma volonté de vérifier ma capacité à voter implique d’avoir accès aux fameux fichiers d’adhérents… L’UMP en tant que telle n’est pas plus diserte, mais il faut y voir là la volonté de ne pas étendre à l’excès le corps électoral: plus la participation sera limitée, plus Copé sera favorisé…
Quoi qu’il en soit, même avec l’importance de tout parrainage supplémentaire, aucune des adresses électroniques de l’équipe Fillon ne donne signe de vie…
A n’en pas douter, avec les gros bataillons des Bouches-du-Rhône, du Gard, de l’Hérault, du Rhône, du Nord, de l’Isère, de la petite couronne, du Val-d’Oise, de Seine-et-Marne et même si Fillon arrive à équilibrer les choses dans le Var, les Alpes-Maritimes, en Alsace et à Paris, et à prendre l’avantage dans les Yvelines et dans l’ouest (avec des incertitudes encore fortes en Moselle ou en Haute-Savoie), Copé risque de se présenter, le 18 septembre, avec 15 000 parrainages, alors que Fillon dépassera difficilement les 10 000. Médiatiquement, le coup pourrait être dur.

– plus largement, la géographie n’est pas a priori excellente pour Fillon. Mais j’y reviendrai dans un prochain article avec une petite surprise cartographique.

– en termes de dynamique de campagne, que d’erreurs accumulées par Fillon pendant l’été… Quel besoin d’aller faire le mariole avant une élection d’une telle importance ? Se retrouver dans le plâtre (certes de la jambe… gauche) ne peut que renvoyer à un amateurisme qui n’a plus cours en politique (oui, bon, d’accord, il y a Hollande et le gouvernement Ayrault, mais bon… :P). Quel besoin de s’afficher avec le PDG de Ferrari ? Voilà un bel argument sur les tendances sarko-bling bling de Copé qui tombe… Quel besoin, simplement, de prendre des vacances ?
Copé peut même se payer le luxe, alors même qu’il est dans la place et contrôle tout et que tous les apparatchiki le soutiennent, d’apparaître, au mojns au début et tant que les sondages ne se sont pas resserrés, comme l’underdog face à un Fillon candidat des sondeurs et des élites. Vieux comme la politique, mais toujours efficace (malheureusement).

– en termes de discours et de positionnement, afficher son « assurance » de gagner est évidemment maladroit: Fillon, en voulant effacer l’impression… d’effacement et de manque de caractère, se retrouve presque arrogant et trop sûr de lui… Encore une critique contre Copé qui tombe. Certes, tout cela a lieu au coeur de l’été et personne n’y prête trop attention, mais quand même…
De l’autre côté, Copé a repris le manteau du sarkozysme, ce qui est évidemment purement démagogique (comment penser qu’il laisserait la place à Sarkozy comme candidat en 2017 ?!? On se moque du monde…), mais est forcément utile.
Copé est également aidé par la mollesse gouvernementale et par l’impatience grandissante (voir les sondages qualitatifs sur le gouvernement « qui n’en fait pas assez ») d’une opinion publique qui vomissait pourtant Sarkozy l’excité… Tout ceci serait drôle si ce n’était quelque peu pathétique…
Bref, le Fillon « normal » et « tranquille » pourrait (déjà) pâtir du désamour pour l’autre « normal » et « tranquille », la base UMP ne fonctionnant que « shootée » au leader survitaminé et omniprésent.
Même si, à ce jour, je trouve les médias plutôt équilibrés dans leur approche du match Copé-Fillon, les plus à gauche devraient rouler bientôt pour l’ennemi préféré du PS, Copé. Cela devrait assurer à ce dernier une dynamique supplémentaire après le 18 septembre.

– en termes de soutiens, Copé engrange fort (Raffarin, Chatel, Gaudin, Karoutchi, Carrez, Goasguen,…) et surtout pourrait réaliser des « coups » auprès des autres candidats potentiels: Bertrand semble prêt à se venger de Fillon, NKM est curieusement proche de Copé. Apparaît d’ailleurs ici toute l’ambiguïté de cette bataille, tant il est vrai qu’idéologiquement, les Bertrand, NKM, Le Maire, Baroin, Raffarin, Daubresse, Laffineur ne devraient nullement se retrouver chez Copé ou simplement hésiter
Certes, il me semble bien avoir aperçu un Olivier Stirn décrépit et chevelu derrière Copé (la poisse, Jean-François ! :P)
Certes, et plus sérieusement, Juppé donne quelques signes infimes qu’il pourrait éventuellement privilégier Fillon, mais rien n’est moins sûr. Estrosi ne tombera pas forcément du côté de Copé, mais reste hautement aléatoire. Le Maire devrait logiquement suivre le programme de Fillon, mais son villepinisme passé risque bien de le faire rentrer dans les rangs copéistes. Avec Bertrand, NKM et Baroin, il y a les 6 noms importants à suivre dans la course aux ralliements.
De l’autre côté, Fillon fait plutôt dans le « second couteau », même important. Un Larcher ne surprend pas; un Dord ne dépare pas (surtout si d’autres candidats avortés se rallient, créant une impression favorable, comme pour Hollande face à Aubry); un Léonetti contrebalance un Raffarin ou un Daubresse, mais seulement visuellement; un Gaymard entretient le chiraquisme, mais ne saurait compenser un Baroin; un Retailleau apporte une touche de souverainisme et complète l’éventail, mais reste un inconnu; un Falco donne un peu d’air parmi les gros bataillons du sud-est, mais reste isolé; un Dallier apporte de la qualité, mais aucune troupe, surtout face à un Raoult en Seine-Saint-Denis.
Ramener un Juppé, une NKM, un Estrosi et un Le Maire permettrait de compenser une « défaite » sur les parrainages…

4. Le seul élément majeur sur lequel repose la force de Fillon, ce sont la popularité et le flux sondagier, avec l’espoir d’une forte participation de membres âgés et conservateurs, voulant d’abord désigner le mieux placé pour les élections générales.

Mais même l’avantage sondagier pourrait se réduire. Comme tous les sondages publiés depuis le second tour de la présidentielle ne prenaient pas en compte les mêmes candidats, je n’ai retenu que les scores de Fillon et Copé et les ai rebasés sur 100. Cela donne la courbe suivante:

Certes, la tendance est à interpréter avec grande circonspection, étant donné la rareté des sondages depuis plus d’un mois et le fait que le seul sondage sur les 6 dernières semaines ait inclus maints autres candidats, ce qui affaiblit surtout Fillon. Néanmoins, ce n’est pas particulièrement encourageant pour la suite.

Fillon connaîtra-t-il donc le sort d’un Delanoë, en tête dans les sondages en 2008 et trop affaibli pour résister à Aubry et Royal ?
N’est-il qu’une illusion sondagière, que les militants les plus actifs et les plus « durs » vont s’empresser de dégonfler, à la suite d’un Copé parti sur les chapeaux de roues ?
Tombera-t-il comme tombent les Républicains qui ont le malheur de ne pas être des Tea Partiers durs, comme l’incroyable cas d’Orrin Hatch nous l’a montré ou, plus récemment, au Texas ?
L’UMP est-elle aussi bonapartiste que le RPR d’avant le grand âge de Chirac ?

Pour tout dire, j’ai un mauvais pressentiment, a bad feeling
J’espère vivement me tromper et que l’utilitarisme électoral ouvrira les yeux des adhérents de l’UMP et leur fera comprendre qu’un Copé 2017 ne serait qu’un chiffon rouge agité devant les électeurs de gauche ayant encore la fraîche mémoire du sarkozysme et assurerait une mobilisation suffisante à une nouvelle victoire par défaut de Hollande.
A suivre…

Publicités

3 réflexions sur “Election à la présidence de l’UMP: Fillon plus proche du modèle Hollande que du modèle Hulot, mais la fusée Copé pourrait dissiper l’illusion Fillon

  1. Enfin!! On l’attendait avec impatience et il l’a fait son article! 😉

    Hallucinant l’amateurisme de Fillon sur son platre… Et s’afficher en plus avec n’est pas tres « fut-fut »

    Assez interessant aussi de remarquer l’influence indirecte de Hollande et la perception de son action/gouvernement sur « l’electability » de Fillon ou de Cope… Je commence d’ailleurs a me demander si Fillon a reellement une grande avance a ce niveau…

    En effet, dans le cas ou le hollandisme serait synonyme apres 5 ans de gouvernement de vacances a la plage, paresse, molesse et immobilisme chronique, on peut se demander si un « sarko bis » ne serait pas un candidat « very electable » car supplie a genoux par plus de 50% des francais pris a la gorge par la crise et so decus par Hollande… D’ailleurs ce que l’on reproche a Sarkozy est son caractere et sa personnalite mais lorsqu’on voit qqun qui fait totalement l’inverse et que cela ne porte pas ses fruits, en comparant les deux styles tres marques, les francais pourraient en redemander du sarkozy. Et Cope peut utiliser cet avantage de caractere dynamique tout en se demarquant: « je ne suis pas sarkozy, je suis cope ». Face a une gauche molle et une tres mauvaise conjoncture, pas sur que Fillon soit le mieux place. D’autant plus qu’au fur et a mesure des 5 annees, si la conjoncture se degrade, on assistera a une bonification evidente de l’action de Sarkozy… Reste a voir si cela sera percu comme du a son caractere (Cope) ou du a l’action de son gouvernement (Fillon).

    En revanche, si la gauche a reussi a noyer le poisson pendant 5 ans, bon gre mal gre, sans faire de vagues dans le plus pur style hollandien (desole mais j’ai du mal a etre neutre!), un sarko-bis serait moins bien place et Fillon aurait toutes ses chances en se battant sur le meme terrain cote perception de l’homme et de son caractere mais en jouant le plus professionnel/a meme de sortir d’une crise qui devrait s’aggraver dans les 5 ans…

    Au vu des differents mouvements d’opinion sur les 5 annes qui arrivent, 3 questions:

    1. Fillon est-il donc reellement le plus « electable » pour la droite pour 2017…?

    2. Sarkozy va-t-il revenir? Si oui comment…?

    3. N’y aurait-il pas la place deja pour un 3-4eme homme/femme pour 2017 ? Si oui qui semble le mieux place a long terme pour bousculer le trident SarCopLon! Et surtout comment exister et gagner en legitimite? via le poste de Vice-President ou Secretaire General? ou au contraire en rassemblant l’autre « opposition » de droite officieuse? Une petite troupe d’une dizaine de personnes peut incarner un challenger: NKM, Le Maire, Bertrand, Chatel, Pecresse, Baroin, Estrosi, Wauquiez, Tabarot, Ciotti. On voit que certains se sont deja mouille en rejoignant une des deux equipes ou en tentant l’aventure seuls mais sera-t-il suffisant. Leur faut-il attendre patiemment et sagement 2022…?

    J’ai hate de voir vos avis eclaires sur ces questions!

    • Mon Dieu ! Quel appel à Sarkozy !

      Hollande décoit. C’est vrai. Mais ce n’est pas vraiment une surprise.

      Au moins, et c’est le plus important, on n’a plus un président qui tutoie les gens dans la rue en les insultant.
      Sans parler de la pratique de notre langue :
      – Ch’ais pas …
      – Ch’uis candidat …
      – Qu’est-ce qu’on va se rappeller …

      Cet homme était épuisant. Il se complait dans les conflits et les rapports de force.
      Pourtant, il a un énorme talent, il est très dynamique et a un grand sens politique.

      Il a détruit tout ce qu’il a approché : il a perdu toutes les élections; il a réussi le tour de force d’offrir le Sénat à la gauche; il a fait chuter de 25 % le nombre d’adhérents à l’UMP depuis qu’il en a pris la présidence en 2006.
      On voit dans quel état il a laissé ce parti : il a tellement vidé l’UMP de repère ou de morale qu’il n’y a plus de relève et qu’ils sont tous obligés d’afficher leur vénération pour lui alors qu’ils le détestent tous.

  2. Deux questions :

    1. Les sondages ne donneront que les choix des sympathisants UMP. Peut-on envisager une extrapolation du choix des adhérents en fonction du choix des sympathisants ?

    2. Vous avez toujours privilégié Fillon à Copé comme le meilleur adversaire de la droite face à Hollande. Je n’ai pas forcément le même avis. Fillon a quand même un certain passif dans sa fonction de premier ministre où il s’accomodait d’être justement passif. Les électeurs de droite aiment un chef dur et assumé tel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s