Election à la présidence de l’UMP: l’avance de Fillon s’effrite-t-elle ?

1. Les suites du débat télévisé n’ont manifestement pas fondamentalement changé la donne, comme je l’indiquais précédemment. Reste à savoir où en était la donne…

Sur le plan des soutiens, Fillon continue de confirmer (Myard, souverainiste de la Droite populaire, ce qui ne peut être mauvais, non pas dans le Sud-Est mais chez les « droitistes » plus âgés de l’Ile-de-France) ou d’engranger (Accoyer, ce qui confirme la Haute-Savoie; Apparu, ce qui pourrait signaler une prochaine décision explicite de Juppé, même si c’est peu probable, et relance le suspense dans le département de la Marne).

L’influence des élus et barons locaux est évidemment variable, mais cela ne peut qu’être favorable dans les zones rurales et les départements avec de faibles effectifs d’adhérents. D’où l’incohérence du Nord-Est intérieur (Aube, Meuse, Haute-Marne, Haute-Saône), au gré du ralliement du ténor local.

J’ai revu ma carte de pronostics, avec désormais 7 catégories, pour être plus fin. Je pense que les Hauts-de-Seine (eh oui) et la Marne sont désormais ouverts. Dans les Hauts-de-Seine, certes, il y a la force sarkozyste et les trucages balkanyens, mais quand même, Guéant, Devedjian, Ollier, Myard, Guillet, etc. cela peut finir par pousser Fillon un peu. Surtout, je pense que les entrepreneurs et les cadres supérieurs vont commencer à se lasser d’un Copé qui cherche à cliver et qui est peu présent sur l’économie. Le reste de l’Ile-de-France est plus populaire, mais des Yvelines à Paris, en passant par le 92, je pense que la poussée de Fillon sera réelle. Le 94 est lui-même à surveiller, de même que (dès l’origine) le Val-d’Oise.

Il faudra bien trancher partout d’ici la fin et je me « mouillerai ». Même si je me trompe complètement sur le vainqueur par département (ce n’est pas si grave), j’espère en revanche que la hiérarchie entre départements sera respectée. Mais vu les effectifs concernés, c’est plus que du doigt mouilé…😉

2. La dynamique de campagne de Fillon semble toutefois s’essouffler quelque peu, car l’effet de répétition commence de se faire sentir dans une campagne décidément prévue très longue par les statuts de l’UMP.

Copé en pâtit moins car il entretient savamment l' »événement », un peu à la Sarkozy, sans toutefois trop en faire (enfin, pas autant qu’un Sarkozy). Il y a ce qui tombe assez mal (des attaques ad hominem sur Ayrault) et ce qui peut davantage séduire à droite (« résistance », appels à manifester). Il réussit en tous les cas à occuper davantage l’espace médiatique.

C’est un peu ce que nous dit le dernier sondage TNS-Sofres pour i-Télé (échantillon de 1013, sondé le 25 octobre 2012) sur l’image comparée des deux campagnes et des deux hommes.

Pour les sympathisants UMP, Fillon est en train de gagner des points à hauteur de 48%, de perdre à hauteur de 13%, ni l’un ni l’autre à hauteur de 27%. Les chiffres sont de 27, 32 et 28% pour Copé, a priori moins favorables. Mais, par rapport à la première quinzaine d’octobre, Fillon recule fortement.

En réalité, cet effritement s’accompagne pour la première fois d’une remontée de Copé (alors que les précédents s’accompagnaient d’une baisse parallèle de Copé, comme dans la deuxième quinzaine de septembre).

Mais, bien sûr, l’objection est contenue dans l’énoncé: malgré l’effritement, Fillon reste nettement au-dessus… (et puis, à force d’avoir toujours plus gagné de points que Copé, il devrait être vraiment haut…😛 Non, décidément, certains sondages comportent des questions stupides…)

L’objection vient aussi d’un maintien à haut niveau de l’image de l’homme Fillon. Auprès des sympathisants UMP, il est compétent (89 contre 5), sincère (78 contre 12), sympathique (78 contre 14), rassembleur (70 contre 23)) et dynamique (67 contre 25).

Mais Copé recueille également des majorités sur tous ces qualificatifs et est en outre plus dynamqiue (82 contre 18). Il reste moins compétent (78 contre 15), moins sympathique (66 contre 25), moins rassembleur (60 contre 31) et moins sincère (57 contre 31), mais, depuis la fin mai (il est vrai juste après la fin du quinquennat), l’image de Copé progresse nettement et celle de Fillon diminue dans toutes les catégories.

Après avoir dilapidé son avantage fonctionnel (contrôle du parti, légitimité du SG en place et de la campagne présidentielle et législative), Copé revient quand même dans la course. Il était bas et le débat, comme le fait qu’il s’agisse d’un duel, le remettent mécaniquement dans une certaine égalité avec Fillon, un peu comme dans un second tour de présidentielle, dans lequel il est difficile d’écraser son adversaire, sauf si c’est Poher.

Fillon nous a cependant déjà surpris, alors, un ralliement de dernière minute de Juppé ou MAM n’est peut-être pas à exclure… On voit mal Copé sortir un quelconque atout de sa manche, Le Maire étant le moins improbable mais ayant été suffisamment clair, me semble-t-il, dans sa volonté de rester neutre pour ne pas se déjuger. Quant à NKM (dont le poids me paraît plus douteux, même dans l’Essonne), on ne l’imagine pas tombant du côté de Copé si elle devait s’engager.

Restons prudent jusqu’au bout ! Et prions pour que les médias sollicitent davantage les sondeurs… 3 enquêtes d’ici le 18 novembre, ce ne serait pas de trop pour se rassurer ou pour entretenir le suspense…

Une réflexion sur “Election à la présidence de l’UMP: l’avance de Fillon s’effrite-t-elle ?

  1. Oui, c’est vrai qu’il serait intéressant d’avoir un « vrai » sondage d’intentions de votes pour savoir ou on en est. Les résultats de ce genres d' »enquêtes qualitatives » sont toujours difficiles à interpréter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s