Election à la présidence de l’UMP: quelle importance de la « dernière ligne droite » ?

1. Alors que la campagne commençait de sérieusement se tendre, avec des « petites phrases » plus directes, sur le caractère clivant d’un cîté, le caractère taiseux de l’autre, voilà que Fillon a de nouveau des ennuis de santé…
Est-ce qu’une tendance ultime, différente, peut se mettre en place et déjouer des pronostics trop faciles d’une victoire de Fillon ? C’est bien possible.

En tous les cas, cet ennui de santé va apparemment l’empêcher de faire campagne jusqu’à vendredi.
En termes de dynamique, ce n’est évidemment pas favorable, même si Wauquiez, Ciotti et Pécresse se démultiplient. Du point de vue du flux de l’actualité médiatique, l’âpreté du moment à gauche (compétitivité et TVA renforcent une sourde tension) et l’élévation du degré d’affrontement sur le projet d’accorder la possibilité du mariage aux homosexuels peuvent créer un élan polarisant et donc plus favorable à Copé, arc-bouté sur la nécessité de « dire les choses ».

Déjà, il a « loupé » (en partie) l’Indre et (totalement) l’Allier (pas de grosses fédérations, mais probablement des lieux typiques d’indécision persistante) aujourd’hui. Demain, il manque Loire (un morceau important et a priori peu favorable) et Haute-Loire (moins grave, tant le fief de Wauquiez semle acquis). Après-demain, il manquera Vaucluse et Gard, deux départements assez significatifs et terres de mission pour Fillon… Espérons pour lui qu’il puisse effectivement aller dans l’Hérault et la Drôme samedi et en Corse dimanche, puis qu’il puisse réellement se rendre dans les départements « frustrés ».

En termes de présence de terrain, Copé peut ainsi prendre un avantage inespéré. Mais est-il si sûr que les efforts de dernière heure portent vraiment ? Romney est là pour dire que cela peut être fort illusoire… même si, bien sûr, les proportions et les circonstances sont fort éloignées.

En termes d’image, après l’accident de scooter, ces calculs rénaux récurrents peuvent affaiblir un Fillon qui avait eu quelque difficulté à imposer l’idée qu’il n’était pas un mou. Copé pourra continuer de filer la métaphore aisément… Mais la « victime » Fillon ne sera-t-elle pas d’autant plus appréciée qu’il semble seulement que ce soit son engagement total qui soit en cause… Nous sommes là dans des catégories psychologiques qui sont totalement imprévisibles.

En termes de débat sur les différences Fillon-Copé, il avorte alors qu’il commençait juste de se tendre, voire de déraper, et c’est finalement une bonne chose que cet événement oblige quelque peu à « décrisper » la situation, avant qu’elle ne s’envenime trop. Le raccommodage sera plus aisé ensuite et les médias de gauche auront plus de difficulté à « souffler sur la braise ». En l’occurrence, cela semble plutôt favorable à Fillon.

En termes de ralliement, les faux « nouveaux » soutiens s’équilibrent et il n’est pas sûr que l’officialisation du ralliement de Peltier à Copé soit si positive, tant ce jeune trop pressé agace à l’intérieur de l’UMP. A l’inverse, les quelques millimétriques mouvements de Juppé vers Fillon ne seront sûrement pas suffisants; mais là encore, le soutien de celui qui s’est un peu démonétisé lui-même et dont la modération  politique, économique et sociétale actuelle l’éloigne plutôt du coeur de l’UMP n’est peut-être plus aussi important qu’avant.

En termes de mobilisation, il semble que le numéro spécial du « magazine de l’Union » soit arrivé aujourd’hui chez tous les adhérents à jour de cotisation. Mieux qu’au PS (non, je ne plaisante pas, le congrès de Toulouse a été tellement « rétrograde » que, franchement, l’UMP offre, en interne, une ouverture de bon aloi), il comprend tous les textes des motions, les professions de foi des deux candidats, la charte des valeurs, les instructions très pratiques de vote sur place et de procuration et surtout la liste de tous les bureaux de vote: quasiment un par circonscription ! De ce point de vue, la publicité est assurée et les conditions sont réunies pour une forte participation, comme le souhaitait Fillon.
En revanche, moins le département est peuplé, plus la distance au bureau de vote s’allonge et beaucoup d’électeurs potentiels de Fillon risquent bien d’être un peu découragés de voter.
Ici encore, difficile de faire la part des choses.

En termes de scénario, Copé fait évidemment le coup de la « surprise », la « grosses surprise », mais le succès absolu des sondages et surtout des agrégations de sondages aux Etats-Unis (que ce soit pour la présidence, les sénatoriales, les élections à la chambre ou aux gouvernorats) tendrait plutôt à se reposer sur les tencances déjà établies.
Mais, une fois de plus, nous sommes sur des échantillons non concordants avec le corps électoral du 18 novembre. En outre, la raréfaction déjà relevée des enquêtes sur cette élection rend dangereux pour Fillon tout sondage isolé qui le donnerait moins gagnant que la vague de juillet-septembre. Il y a là un vrai risque de sur-interprétation et de sur-utilisation médiatique et copéiste de ce qui serait alors vu comme le signe avant-coureur d’un resserrement et donc d’un possible retournement.
La fable contée avant l’élection américaine devrait en revanche rassurer Fillon: si les fondamentaux sont bons, foin de l’écume médiatique… Mais justement, les fondamentaux ne sont pas si sûrs….

Bref, le suspense est bien là et tant mieux pour les passionnés, mais je crains aussi que l’incertitude n’aboutisse à un résultat étriqué et porteur de futures divisions et guérillas sourdes pour l’UMP.

2. Peut-être est-il temps de se mouiller et de publier une carte sans « toss-ups« , sans incertitudes géographiques:

Si c’est aussi réussi que mon pronostic floridien, vous pourrez bientôt vous gausser. Mais comme je n’ai vu personne d’autres, dans tout notre beau pays, tenter ouvertement l’exercice, j’aurai au moins la petite vanité d’avoir été le seul (ou le premier). Comme j’aimerais, surtout, voir fleurir d’autres tentatives du même accabit…🙂

Je rappelle néanmoins qu’il faut voir dans cette carte un échelonnement de forces relatives, une hiérarchie entre départements, davantage qu’un pronostic brut du vainqueur par département. Peut-être que Fillon gagnera du bleu clair, mais s’il le fait par des marges moindres que dans le rouge clair, alors ma carte sera bonne, et inversement.

Je m’apprêtais à faire basculer les Hauts-de-Seine pour Fillon, mais sa relative absence d’Ile-de-France les derniers temps et le mini-battage autour de Jean Sarkozy m’en ont dissuadé.
Je prends en revanche le risque de situer la Marne et les Ardennes dans la colonne Fillon, en me disant que le Nord-Est est conservateur et « moral », mais pas forcément -au niveau de l’UMP- aussi sécuritaire et populiste que le Sud-Est. Et les influences d’Apparu, de Poletti et de Bertrand peuvent jouer.

Certains départements modérés (Loire-et-Cher, Côte-d’Or) peuvent surprendre en bleu. Mais, justement, les militants plus modérés sont déjà partis à l’UDI.
D’autres choix sont davantage liés à l’histoire (jusqu’à l’élection de 1999 à la présidence du RPR d’ailleurs) qu’à des éléments très récents d’analyse, il faut bien l’admettre (Ariège, Indre, Creuse, Ardèche), mais l’étroitese des corps électoraux potentiels dans ces départements rend de toute façon le pronostic fort aléatoire.

Au final, cette carte reste peu encourageante pour Fillon, car il a peu progressé dans les grosses fédérations, sauf dans le Var et les Alpes-Maritimes, mais il doit absolument espérer être haut partout pour compenser les « machines » locales qui joueront à plein pour Copé (Gaudin, les Dassault, Daubresse, etc.).

Que les adhérents de l’UMP ne peuvent-ils méditer le lourd échec du candidat républician à la sénatoriale de l’Indiana, Richard Mourdock, un tea-partier qui avait délogé le grand modéré Richard Lugar dans la primaire républicaine et qui se fait étriller dans cet Hoosier State par un démocrate habile et pourtant pas initialement favori. Un cas presque caricatural de ce qu’il ne faut pas faire… Le Montana (sénatoriale et gouvernoriale) est aussi à méditer.
Vous voulez gagner en 2017 ? Votez Fillon, voyons !😉

9 réflexions sur “Election à la présidence de l’UMP: quelle importance de la « dernière ligne droite » ?

  1. Chapeau pour la carte ! En effet, j’aimerais qu’on aie plus d’analystes politiques en France du style Silver ou Cook, mais, il faut le dire, les américains sont les meilleur pour ce qui est de décortiquer les dynamiques électorales…

    En fin de compte oui, il semble que cette élection soit peut-être plus incertaine que la présidentielle américaine (qui a terminé à 91% de chances pour Obama, d’après Nate). Le manque criant de sondages et leur fiabilité douteuse en sont la raison principale. Pourvu que les médias se réveillent et en commandent quelques uns d’ici le 18 !!!

      • Mauvais pour vous, ça voudra dire moins de 55 pour Fillon. On s’y dirige.

        C’est une mauvaise campagne. Une bataille de mots qui devient donc forcément agressive et stérile mais aucun programme de part et d’autre.
        La seule mesure ou proposition qu’on ait entendue est d’aller manifester contre les homos (je sais, je suis volontairement médisant !).

        • Soyons justes: les primaires en général sont rarement propices au débat de fond. Le fait est que, tous les candidats devant s’addresser au même électorat (un électorat militant et déja sûr de son fait), argumenter ne sert strictement à rien. Dans un contexte général de radicalisation et « populisation » des droites, les dernières nuances sont gommées car les militants ne tolèreraient pas le moindre soupçon de modération ou de consensualisme (regardez Romney…). Reste donc l’affrontement de personnalités, où les petites phrases et les polémiques stériles prennent toute leur place.

          Plus concrètement, c’est vrai que cette campagne traine vraiment en longueur. 5 mois de campagne, ce serait à peu près tenables si on avait plusieurs élections comme aux Etats-Unis, mais là ça n’en finit plus…

  2. Bonsoir – je suis adhérent UMP de la féderation du Doubs (Franche Comté). Avant tout, je vous remercie de vous etre prété à l’exercice. Cependant, certains département sont vraiment loin du compte. Vous ne pouvez pas deviner ce que pensent les gens de toute facon. Sa dépend beaucoup du local. Pour ce qui est de la Franche Comté, j’en suis casiment sur, Copé sera en tete dans les 4 départements. Dans les 4 départements, dans la région, la dynamique est pour lui. La majorité des parlementaires, des étudiants de l’UNI; des GPs sont pour la cause Copé…
    Les réunions publiques de Copé ont beaucoup plus réunies que celle de Fillon. Jusqu’à 4x plus de monde chez Copé… Comble du malheur pour Fillon, dans ces réunions publiques, il y avait des sympatisant (qui ne votent pas). La ou chez Copé, il y avait des adhérents et surtout la quasi totalité des poids lourds de la région.

    C’est donc pour vous aider, et sans prise de parti, que je pense que vous pouvez mettre les 4 départements de la Franche Comté « plutot Copé » ce qui serait déjà raisonnable. Je ne sais pas pourquoi vous avez mis la Haute Saone Fillon probable, il n’y a vraiment aucune raison de le penser.

    • Merci pour votre commentaire.
      J’aurais aimé avoir beaucoup d’avis équivalents !

      Pour la Haute-Saône, il y a l’influence de Joyandet, une certaine proximité avec les vieux bastions séguinistes (je suis un peu influencé par 1999 au RPR, je dois l’admettre !) et une sociologie plus rurale et conservatrice qu’autour de Belfort, par exemple.
      Dans le Jura, il y a la modération de Pélissard et, là encore, un effet de ruralité.
      Mais attention, ainsi que j’en avais averti, il faut voir dans ma carte une échelle de rapports de force, mais pas forcément des pronostics bruts: la Haute-Saône sera peut-être copéiste, mais moins que le Territoire-de-Belfort, par exemple.

      Ceci étant dit, ce que vous dites m’inquiète, car tout cela pourrait tout à fait être appliqué au reste du Nord-Est intérieur. Au bout du moment, je ne sais plus ce qui restera à Fillon, à part « ma » fichue Bretagne🙂

  3. Tres sincèrement, Joyandet n’est plus rien (n’a plus aucun mandat et tres peu suivi par les militants qui lui en veulent beaucoup d’avoir fait perdre les régionales)… Bien au contraire, la féderation de Haute Saone est tres largement dirigée par le député Alain Chrétien (député maire de Vesoul), soutien de JF Copé comme l’ensemble des cadres du département…

    Pour ce qui est de la ruralité, je ne suis pas convaincu que ce soit un si grand avantage pour Fillon. Le Jura est une terre tres conservatrice (ou le FN a été tres fort) qui considère majoritairement Fillon comme un mou…

    • Juste rajouter quelques petites choses (qui ne vont pas vous rassurer) : les centristes de l’UMP ne soutiennent pas majoritairement Fillon comme le dise les médias, je ne pense même Pas que les militants le considère plus rassembleur. En vérité la Motion « France moderne et humaniste » proposée par Raffarin soutient Cope et les centristes en veulent à Fillon d’être contre les courants. De même les libéraux supportent difficilement la position économique très centriste de Fillon (qui a dailleurs souvent pris la défense des syndicats). La seule carte de Fillon c’est sa popularité forte auprès des français qui peut donc paraître une opposition plus forte et un potentiel candidat à la présidentielle la ou Cope doit encore faire ses preuves. Personnellement je pense que Cope lemportera mais quelque soit le résultat Fillon sera perdant (jamais il ne fera les scores des sondages). Et quelque soit le résultat il faudra rassembler un parti coupe en 2 parts quasi égales … Juste pour rajouter que cette campagne ne se gagne absolument pas au national mais bien au local. Les résultats seront connus tard dans la nuit à mon avis car des estimations seraient extrêmement aléatoires… À moins qu’il t’ai une tendance claire pour l’un ou l’autre (par exemple si Cope remporte lamsace on peut être quasiment sur qu’il gagnera lelection)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s