Election à la présidence de l’UMP: les chiffres toujours rassurants de Fillon ?

Les articles de ce blog se délitent à la même vitesse que la campagne interne de l’UMP elle-même… Difficile de rester froid analyste lorsque les données se raréfient et que l’on a choisi un camp…😛 De nouveau, me voici submergé par le pessimisme. Essayons de nous soigner:

1. Lundi soir, lors de son grand meeting parisien, Fillon a continué d’attaquer Copé de manière assez virulente, même si de manière en réalité ramassée. Mais il n’ignore pas que les médias ne se repaissent que des quelques piques prononcées…
Hier soir, Copé a répliqué comme attendu, à fronts renversés: une douceur hypocrite pour tenter de se présenter comme victime (un comble pour le culotté Copé… reprendre la technique victimaire de la gauche moralisatrice… etvoilà que Fillon utilise le mot de « victime » aujourd’hui, pour lui-même… vivement la quille….😦 ), avant de contre-attaquer bien plus durement et bien plus longuement. Il a beau jeu de trouver Fillon « agressif » et « méconnaissable », en substance. Sa mauvaise foi est totale, notamment sur la soi-disant attaque de Fillon sur ses origines (qui l’empêcheraient, Copé, de faire alliance avec le FN): c’est tout simplement du même accabit que lorsque Sarkozy se présentait en 2007 comme un « sang-mêlé »… Je ne sache pas que Copé ait, à l’époque, protesté en quoi que ce soit (encore qu’il était tout sauf sarkozyste à l’époque… :P).
Et, comme je m’y attendais, Copé a bien insisté sur les paroles positives de Bayrou sur Fillon, pensant là lui accrocher un poids terrible aux pieds, aux yeux des adhérents de l’UMP (et il faut bien reconnaître, là, que c’est bien dur pour Fillon…).

On aura compris que la compétition s’est brusquement tendue et que, si le dépouillement est problématique ou le résultat serré, tout cela peut partir assez vite « en vrille ».

Pourquoi Fillon a-t-il ainsi tendu le jeu ?
Certes, ce n’est pas « lui qui a commencé ». Il en avait apparemment assez de toutes les difficultés faites par le SG Copé pour l’organisation de la campagne interne, assez également du stump speech fort négatif de Copé à son endroit (alors que Fillon est resté assez « propre » lors de ses rencontres, je peux en témoigner).
Il peut aussi avoir ressenti la nécessité de montrer de la « force » juste après ses calculs rénaux et alors que Copé feignait un apitoiement sirupeux et bourré de sous-entendus sur un Fillon à la santé fragile…
Il peut enfin se dire qu’en faisant se lâcher Copé dans la dernière semaine, il l’amènerait à uin dérapage rédhibitoire.

Je ne crois pas qu’il y ait véritablement de calcul de la part de Fillon.
En revanche, je doute fortement du résultat de cette attitude: il brouille son image de rassembleur, il descend au niveau du combat interne alors même que Hollande tente péniblement de s’élever au niveau de sa fonction et qu’il faudrait lui répondre au même niveau (enfin, au-dessus, en fait :P).
Pour corser le tout, Fillon affiche une assurance de façade sur la victoire qui peut toujours faire mauvais effet, tant le Poulidor de la compétition est toujours préféré au favori.
Enfin, de manière fort connexe, Fillon se raidit et change un peu de pied (si je puis dire… ;)) justement au moment où la compétition interne de l’UMP (re)commence à intéresser. Si ce blog peut être un quelconque outil de mesure, il a doublé sa fréquentation depuis ce week-end, sans raison particulière si ce n’est que nous sommes à une semaine de l’élection. Or, quand vous utilisez les mots-clés « sondage(s) »/ »président(ce) »/ »UMP », vous avez de fortes chances d’arriver ici…

2. Heureusement, la sortie de Valls et, surtout, la conférence de presse de Hollande monopolisent l’attention médiatique et marginalisent en partie le duel devenu bisbilles de l’UMP. Déjà le meeting du Cannet de Copé s’est retrouvé nettement moins médiatisé que celui de Fillon à Paris.

La fausse nouvelle présidentialité de Hollande rappelle peut-être aussi aux adhérents de l’UMP qu’ils ont peut-être intérêt à élire le plus présidentiable, l’attrape-tout, celui qui est le plus immédiatement à la hauteur.

Hollande n’a rien décidé de plus; il n’a même rien décidé du tout: la situation s’impose désormais à lui, comme en Italie voire en Espagne.
Hollande n’a pas précisé l’essentiel: où va-t-il faire les économies gigantesques dont il reconnaît maintenant la nécessité dans son »socialisme de l’offre » et alors même que la droite n’a pas réussi à les faire ? Il est vrai que la bienveillance des syndicats de la fonction publique et des élus locaux – qui criaient tous à l’égorgement et au fascisme pendant presque chaque jour du quinquennat précédent – est quasiment sans limite… alors même que c’est Hollande (comme je l’avais prévu bien avant l’élection :)) qui sera l’égorgeur des collectivités territoriales et des fonctionnaires… on n’assassine jamais mieux que son propre électorat !
Hollande s’est aussi résolu à un cadeau indistinct, trop général et finalement coûteux et inefficace au patronat.
Et pourtant, les commentateurs s’extasieraient presque. Les bobos (qui se disent: « chouette, mon assurance-vie va être sauvegardée et en même temps, mon fils pourra se shooter tranquille et se marier avec son voisin »… :D), je comprends, mais les autres ? Curieux.
La droite n’est vraiment pas bonne: ce n’est surtout pas l’inaction qu’il fallait critiquer car, quand il agit, cet exécutif est fort mauvais… Mieux vaut qu’il reste attentiste😉

Bref, alors même que la curée contre Ayrault était ridicule et exagérée (il sera viré après les européennes, on vous dit et on vous répète ;)), alors même que le Hollande bashing devenait fatiguant et injustifié au regard de l’absence totale d’illusion qu’il aurait convenu d’adopter dès l’origine, le charme de la conférence de presse d’hier est tout aussi ridicule.
Hollande a beaucoup renoncé et renié. Il a beaucoup annoncé et promis, sans rien préciser. Il a fait beaucoup de dialectique et de pirouettes, as usual. Rien là d’extraordinaire. La chute sera d’autant plus rude que les médias repartent, dans une nouvelle embardée de l’immédiateté, dans l’autre sens, en élevant presque Hollande au rang de vrai Président…

Tout cela devrait, à tout le moins, mobiliser les adhérents de l’UMP pour voter en masse et soutenir l’adversaire naturel de Hollande, c’est-à-dire Fillon.

3. L’autre élément favorable à Fillon reste cette bonne image dans l’opinion en général et dans l’opinion de droite en particulier.

Nous voici mercredi soir et toujours aucun nouveau sondage spécifique à l’élection à la présidence de l’UMP. Alors, il nous faut bien nous rabattre sur les horribles « cotes de popualrité » et « cotes d’avenir »…

Le dernier « baromètre » IPSOS-Le Point donne Fillon au niveau de Sarkozy parmi les sympathisants UMP, alors que Copé est plutôt dans les 3èmes catégories, derrière Lagarde et Juppé.

Le sondage IFOP pour le Journal du Dimanche, réalisé du 6 au 8 novembre auprès de 2023 personnes, mesure les souhaits d’un « rôle important ou pas au cours des prochaines années« , respectivement auprès de l’ensemble des Français, auprès des sympathisants UMP, des sympathisants UDI et des sympathisants FN:
Fillon 49 / 90 / 90 / 42
Copé 32 / 76 / 49 / 34
Bertrand 23 / 56 / 38 / 14 (seul autre leader UMP testé).

Dans le détail, la ventilation entre rôle « très » important et rôle « assez » important est toujours à l’avantage de Fillon, dans tous les électorats, notamment UMP: 45/45 contre 24/52 à Copé.
Les zones de force de Fillon sont toujours les mêmes: il progresse avec l’âge et le diplôme, a une bonne répartition géographique et une meilleure répartition socio-professionnelle.
Fillon reste aussi nettement au-dessus au centre-droit et meilleur à l’extrême-droite.

Apparemment, peu de changements et une situation sondagière toujours en faveur de Fillon.
Néanmoins, ce n’est qu’un sondage de popularité. Ses dates de réalisation sont antérieures au souci de santé de Fillon et au durcissement de l’affrontement.
La prudence reste donc de mise.

Il nous reste à espérer qu’au moins 2 sondages seront publiés d’ici samedi, mais rien n’est moins sûr…
On avance vraiment dans le brouillard. Je me dis que mon engagement personnel et mon inquiétude du moment parasitent mon analyse et mon jugement, mais il semble bien que les cadres de l’UMP n’aient pas tellement plus de clefs pour pronostiquer le résultat final…
Au moins, le suspense est là ! Mais il faut espérer que l’UMP de 2012 ne sera pas le PS de 2008… car Hollande 2017 ne fera pas le « cadeau » de Sarkozy 2012 et Le Pen sera de nouveau là, plus que jamais.

9 réflexions sur “Election à la présidence de l’UMP: les chiffres toujours rassurants de Fillon ?

  1. Oui, ça commence à déraper pas mal on dirait!😉

    Mais enfin, je comprends parfaitement comment tu te sens. Je suis moi-même frustré par cette incertitude totale, et le serais bien davantage s’il s’agissait de mon camp. Courage, l’attente ne durera plus très longtemps!

    Ce dimanche, nous serons enfin unis pour un même combat (même si le mien est plus contre Copé que pour Fillon).🙂

    • Justement, avec Fillon, c’est le long terme et la fidélité. Avec Copé, c’est le plaisir du défouloir, la passade, l’immédiat😀
      Alors, oui, je suis inquiet et, oui, je sous totalement pour Fillon😉

        • Je ne suis pas UMP donc je ne déciderai pas pour vous.
          Toutefois, je les trouve totalement incompatibles. Pire que Hollande et Aubry, et ce n’est pas peu dire !

  2. Attention, Horos, vous êtes en train de vous faire enfermer dans le jeu de Copé.

    Il réussit à faire douter tous les fillonistes, et Fillon en premier.
    Copé est un tacticien, au même titre que Sarkozy. Il est vrai qu’il est extrêmement désarmant de lutter contre une personne qui ment effrontément en face de vous, qui agresse et se dit victime.
    Il est contradictoire de se dire décomplexé et de se poser en victime. A ce propos, lorsque vous parlez de la technique victimaire de la gauche moralisatrice, n’inversons pas les rôles : c’est Sarkozy qui a usé et abusé de cette technique d’hyper-émotivité lors des nombreux faits divers de ces dernières années.
    A présent, Copé se dit victime de l’antisémitisme de Fillon.

    En retrait sur les questions politiques et la fonction présidentielle, Copé est obligé d’orienter la campagne sur le plan tactique. Il y parvient très bien puisque les fillonistes sont sur la défensive et doutent.

    Fillon en perd son flegme. Et Hollande était plus solide que lui face à un candidat encore plus violent que Copé.

    Copé n’est pas un politicien, c’est un compétiteur sportif. C’est un chien qui ne lâchera jamais, et encore moins lors des primaires UMP qui s’annoncent hyper-violentes.
    Les primaires seront d’autant plus violentes qu’il n’y aura pas de débat d’idée : la droite a la culture du chef dur qui ne souffre pas de débat. Si Fillon, en tant que président de l’UMP, adopte l’idée de débat, il sera perçu comme faible.
    Plus que 4 ans à attendre.

    • Je dois être très filloniste car, avant même les élections du printemps, souvenez-vous, j’avais écrit qu’il y avait au moins une certitude pour la droite, c’est que Copé dirigerait l’UMP😉

      • Fillon sera quand même élu, je pense.
        Mais il aurait pu s’épargner de rentrer dans le jeu de Copé, même s’il est très difficile de résister aux attaques brutales de Copé. Hollande a aussi été destabilisé dans son débat face à Copé.

  3. Et si Copé n’était pas sérieux ?
    Et si il faisait juste ça pour le sport, parce qu’il est plus intelligent que le reste de la médiocrité politique et qu’il voulait montrer qu’en faisant le clown il peut surclasser tous ses adversaires ?
    Il se ferait élire président avec un score record, gouvernerait un mois ou deux sérieusement, avant de tourner complètement dadaïste.

    I want to believe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s