Election à la présidence de l’UMP: dernier sondage BVA équivalent aux précédents et favorable à Fillon

1. J’espère tout de même que nous ne devrons pas nous contenter de ce seul sondage BVA pour Orange, France Inter et l’Express, réalisé les 7 et 8 novembre 2012 aurpsè d’un échantillon total de 1115 personnes.

A la question du souhait pour la direction de l’UMP, les réponses respectives de l’ensemble des Français, des sympathisants de droite et des sympathisants UMP (avec variation par rapport à octobre) est la suivante:
Fillon 71 (=) / 60 (-6) / 65 (-1)
Copé 19 (-2) / 34 (+2) / 33 (=)
ne sait pas 10 (+2) / 6 (+4) / 2 (+1).

Celui d’OpinionWay pour Metro, réalisé entre les 2 et 7 novembre 2012 auprès d’un échantillon total de 1007 personnes, est moins net dans son questionnement, puisqu’il interroge sur le plus à même de s’opposer au gouvernement (or, le président de l’UMP a vocation à s’opposer d’abord au Président de la République), mais donne un résultat équivalent (respectivement auprès de l’ensemble et auprès des sympathisants de droite):
Fillon 40 / 56
Copé 18 / 30
aucun 41 / 14
ne sait pas 1 / 0.

L’avantage de Fillon (2/3-1/3) reste donc grosso modo le même, ce que traduit notre graphique actualisé:

Le principal atout de Fillon, son caractère attrape-tout, est également confirmé par BVA. Dans un duel de préférence avec Hollande, il est en effet gagnant parmi l’ensemble des Français: 48/45. Son avantage est net parmi les sympathisants du FN (80/10) comme parmi ceux du MoDem (62/28). Copé, lui, est nettement perdant face à Hollande (40/51), ne parvenant pas au niveau de Fillon auprès des sympathisants du FN (71/17) et concédant beaucoup parmi ceux du MoDem (47/44).

Le dernier « baromètre » IFOP donne des résultats encore plus nets:
Fillon bat Hollande 53/45, grâce à sa force au centre (62/35 chez les électeurs Bayrou et 56/41 chez les sympathisants MoDem), à son hégémonie au centre-droit (76/23 chez les sympathisants UDI), à sa réussite (qui reste étonnante même si elle ne cesse de se confirmer) à l’extrême-droite (78/21 parmi les électeurs Le Pen, nettement mieux que Sarkozy, et 75/23 parmi les sympathisants FN) et à sa capacité à s’imposer chez les sans-parti (53/34);
Copé perd nettement face à Hollande (42/55), en raison de sa faiblesse au centre (44/52 chez les électeurs Bayrou, 35/62 chez les sympathisants MoDem), au centre-droit (un très décevant 48/47 chez les sympathisants UDI, qui rappelle els mauvais reports de Borloo vers Sarkozy de l’automne 2011) et chez les sans-parti (19/67). Son score à l’extrême-droite est bon mais insuffisant pour compenser ces faiblesses (69/25 chez les électeurs Le Pen, 70/25 chez les sympathisants FN).

Il faut bien sûr y voir là la conséquence de la campagne plus dure de Copé et du positionnement plus large de Fillon, mais aussi celle du rejet de Hollande chez les électeurs FN, qui bénéficie mécaniquement à toute la droite, au point que Fillon comme Copé font mieux que Sarkozy…

AJOUT DU 16 NOVEMBRE: la campagne Fillon envoie aujourd’hui des mails avec une illustration du sondage de l’IFOP, avec de (vilaines) photos d’un petit Hollande et d’un grand Fillon d’un côté, d’un grand Hollande et d’un petit Copé de l’autre… Excellent ! Une primaire avant l’heure…🙂

2. Malgré ces bons chiffres qui se confirment et n’ont pas fondamentalement bougé depuis cet été, il reste quelques points d’inquiétude pour Fillon:
– « sympathisant » n’est pas « adhérent », on ne cessera de le dire. Le précédent Hulot-Joly de 2011 est cependant démenti par les précédents Royal/DSK-Fabius de 2006 et Pécresse/Karoutchi de 2010. Mais…
– ce sondage est, une fois de plus, antérieur aux calculs rénaux et à la contre-offensive tous azimuts de Fillon, dont nous ne connaissons donc pas l’impact sur l’opinion;
– dans les sondages de popularité brute de chaque leader (que je ne reprends jamais), Fillon stagne, voire s’effrite, alors que Copé progresse un peu; toutefois, il est vrai que Fillon est stratosphérique (avec Valls ou quelques personnalités du passé), alors que Copé est coincé dans le marais central des seconds couteaux et des leaders sans avenir de partis extrémistes, ce qui modère un peu l’interprétation qui peut être faite de ces cotes de popularité, toujours un peu suspectes…

Vraiment, cette campagne aura été bien trop longue et met les nerfs à rude épreuve…

Une réflexion sur “Election à la présidence de l’UMP: dernier sondage BVA équivalent aux précédents et favorable à Fillon

  1. Allez, maintenant, ça suffit : Fillon est élu.

    Ce qui m’intéresse davantage, c’est l’après.
    Quel que soit le score de Fillon, et même s’il est très ample, sa présidence sera surnommée la droite molle lorsque l’UMP sera attaqué par la droite dure ou le FN.

    J’avais évoqué dans le précédent article la non-acceptation de débat à l’UMP. Ouf, je ne serai pas taxé de gauchiste donneur de leçon puisque Baroin vient de dire que la droite a la culture de l’autorité mais pas la culture de la démocratie interne.
    La précédente primaire de l’UMP était en effet stalinienne avec un seul candidat élu à 98%.

    Je ne suis pas optimiste pour l’avenir de l’UMP. Les démocraties ont besoin d’une opposition forte.
    Avec un retour à la proportionnelle (même limité à 10%), on se dirige vers une montée du FN. Et l’UMP ne pourra pas dire que le PS en sera responsable (ils le diront quand même).

    Jusqu’à présent, le FN n’est pas intervenu dans la campagne UMP. Bien joué, ils n’auront qu’à récolter le fruit mûr.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s